PARTAGER

58% des opérateurs économiques ont exprimé leur satisfaction par rapport au Programme de partenariat privilégié (Ppp). C’est du moins ce qui ressort de l’étude sur le partenariat entre la Douane et le secteur privé.

Les résultats de l’étude de satisfaction sur le Programme de partenariat privilégié (Ppp) réalisée par le cabinet Natan ont été livrés hier. Cette étude qui a porté sur 37 opérateurs économiques et 5 directions de la Douane a été commanditée par l’administration douanière qui avait exprimé le besoin de connaitre comment les bénéficiaires vivent leur agrément au Ppp dans la perspective de sa mutation vers l’Opérateur économique agréé (Oea). Ainsi, 100% des entreprises rencontrées trouvent les Ppp importants, même si 58% seulement en sont satisfaits. Aussi, 60% des entreprises connaissent les règles et dispositions qui régissent les Ppp, 64 à 67% trouvent les conditions importantes mais estiment que les conditions 5 et 3 sont difficiles à satisfaire. Comme obstacles, les opérateurs enquêtés ont souligné le manque de cohérence entre les programmes et leur application, la méconnaissance des Ppp par certains agents de la Douane, les délais de traitement assez longs des dossiers.
Du côté de la Douane, l’on note l’absence de cartographie des risques liés aux entreprises éligibles, entre autres obstacles.
Les recommandations ont porté sur la sensibilisation et la formation des douaniers et des opérateurs, la recherche de consensus avec les entreprises partenaires dans le cadre de la mutation du Ppp.
A terme, la Douane sénégalaise voudrait enrôler toutes les entreprises qui acceptent d’être formalisées dans le Ppp, lequel consiste à faciliter le contrôle sur les opérations douanières. Au bout de la chaine, le Ppp rapportera des recettes à l’Etat, mais aussi un gain de temps pour les entreprises. «C’est un accord gagnant-ga­gnant sur les engagements qui permettront à l’entreprise de ga­gner du temps grâce à la simplification et l’Etat d’être sûr de récupérer les droits et taxes», a dit Oumar Diallo, Directeur général de la Douane sénégalaise. Les entreprises éligibles seront privilégiées par rapport aux autres qui ne le sont pas concernant procédures douanières souvent contraignantes, lourdes et exorbitantes.
Lancé en 2011, le Ppp vise à sécuriser, simplifier et faciliter le commerce licite international par la mise en œuvre de normes internationales modernes en matière de sureté de la chaine logistique internationale mais aussi par une ap­proche qui tienne compte de l’importance que revêt une coopération plus étroite entre la Douane et les entreprises.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here