PARTAGER

La Commission du dialogue politique a acté un consensus sur les modalités d’évaluation du processus et de l’audit du fichier qui seront effectués par un cabinet d’experts. Le général Niang a saisi Famara Ibrahima Sagna à cet effet. Et après la Tabaski, c’est la question des modalités de l’organisation des Locales qui sera sur la table.

C’est le deuxième consensus après celui relatif au report des Locales. Les parties prenantes au dialogue politique se sont enfin entendues sur les modalités de l’évaluation du processus électoral et de l’audit du fichier. C’est la principale conclusion de la réunion d’hier. Mardi dernier, l’opposition avait maintenu sa position qui consistait en ce que l’élaboration des termes de référence soit au préalable faite par des experts indépendants. Alors que la majorité, les non-alignés et même la société civile préféraient que la commission du dialogue politique, elle-même, se charge de l’élaboration des Tdr. Tous s’accordaient en revanche sur le choix d’un cabinet international pour l’évaluation et l’audit proprement dits. Un communiqué de la Commission politique du dialogue national informe qu’il y a eu «un consensus de toutes les parties prenantes» sur 3 points. Il s’agit de «l’établissement d’un chronogramme pour la suite de ses discussions, du tableau récapitulatif des différents griefs, dysfonctionnements ou préoccupations relevés dans le processus électoral et la nécessité d’y apporter des correctifs, mais aussi du principe d’un appel à une manifestation d’intérêts pour l’évaluation du processus électoral et l’audit du fichier électoral, ouvert à des cabinets indépendants nationaux ou internationaux, sur la base du tableau récapitulatif précédemment évoqué». Sur ce dernier point, le général Mamadou Niang va saisir le président du Comité de pilotage du dialogue national, Famara Ibrahima Sagna, «pour la suite du processus».

Un comité de pilotage pour suivre le travail du cabinet d’experts
Si l’opposition n’a pas vu sa proposition de commettre des experts indépendants acceptée pour faciliter l’élaboration des Tdr, elle a tout de même une garantie. Puisqu’un comité de pilotage pour l’évaluation du processus et l’audit du fichier sera mis en place et aura pour mission de «suivre le travail des experts, de partager avec eux les termes de la commande, mais aussi de se renseigner sur la méthodologie que le cabinet mettra en œuvre». Parce que, justement, pour le dernier audit réalisé par des experts de l’Union européenne, c’est la valeur scientifique du rapport qui avait été remise en cause par Abdoulaye Wade. Le rapport avait conclu que le fichier, «quoique perfectible», est «cohérent et de bonne qualité», et que par conséquent, il est «tout à fait utilisable pour aller de l’avant et mener vers les prochaines élections». Mais ce n’était pas la conviction du secrétaire général du Pds qui avait enfilé sa veste de «mathématicien-statisticien». «Le Professeur, entre autres, de statistiques-mathématiques que j’ai enseignées pendant treize ans à Paris et à Dakar, note cette copie : zéro. Ce document est une véritable tromperie pour ne pas dire escroquerie», avait fulminé Me Wade.

Prochains sujets : Le mode d’élection du maire, le parrainage, la caution
Cette thématique relative à l’évaluation du processus et l’audit du fichier avait été le cheval de bataille de l’opposition qui, dès les premières réunions, l’avait inscrite en haut du tableau. On se souvient que c’est elle qui avait bloqué les travaux puisque Déthié Fall et Cie voulaient qu’elle précède le débat sur le report des Locales. La Commission a pris une pause et reprend au lendemain de la Tabaski. Le point suivant sera axé sur «les modalités d’organisation des élections locales». Il s’agira, entre autres, de discuter du parrainage, de la caution pourtant déjà fixée par le ministre de l’Intérieur, du mode d’élection du maire, c’est-à-dire s’il sera choisi au suffrage universel direct ou indirect.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here