PARTAGER

La 2e promotion de l’Asp, composée de 3 mille agents et assistants du service de proximité, est sortie des différents pôles de formation hier. Mais cette cuvée a été marquée par la perte d’un élément «Matar Faye» qui  a donné son nom à la promotion.

Les quelques 3 mille Agents de sécurité de proximité (Asp) qui ont prêté hier serment lors de la cérémonie de sortie de leur promotion viennent grossir les rangs des 7 mille autres en service. Il a fallu mettre en place 6 pôles de formation au niveau national pour atteindre un tel niveau de recrutement à travers plusieurs centres de formation : Thiès (300 éléments), Saint-Louis (381) et le pôle sud constitué des régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou (657). Papa Khaly Niang, directeur général de l’Agence nationale de sécurité de proximité, détaille la formation : «La particularité de cette année réside dans la formation militaire de 15 jours avec tous les idéaux qui tournent autour. Les difficultés de la 1e promotion nous ont  permis de corriger nos erreurs.»
Aujourd’hui, les agents qui viennent d’étrenner leur galon dans la sécurité de proximité, dont l’âge oscille entre 22 et 40 ans, de niveau intellectuel divers, est constitué d’anciens militaires, de civils et des personnes à mobilité réduite qui bénéficient de motos pour faciliter leur déplacement. Et Cheikhou Cissé, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, magnifie le travail des Asp. Il dit : «Ils sont devenus une réalité dans le pays.»
Le décès de Matar Faye à la suite d’un accident de la circulation est le seul regret de Papa Khaly Niang. «Je qualifie ce meurtre de lâche (Ndlr : le chauffeur a pris la fuite après l’accident mortel). Celui qui a heurté Matar Faye va être très bien tôt appréhendé», promet-il.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here