PARTAGER

Le président de la Basketball Africa League (Bal) a annoncé des changements dans le format de la première édition qui devait être lancée le 13 mars dernier à Dakar.

«Nous avons passé beaucoup de temps à évaluer la situation et l’évolution de la maladie du Covid-19. Jusqu’ici, il y a beaucoup de leçons à tirer. Nous travaillons étroitement avec les organismes de santé des différents pays pour voir la meilleure solution à prendre. Evidemment, vu le temps écoulé, vous comprendrez forcément que le format va changer», a annoncé Amadou Gallo Fall, au cours d’une visioconférence avec des journalistes locaux.
Du coup, souligne le président de la Basketball Africa League (Bal), «ce ne sera plus comme avant où on envisageait de jouer dans 7 villes. Les villes seront réduites et nous sommes en train de travailler sur ça. Nous avons une idée, mais je pense que c’est prématuré d’en parler en ce moment.»
Ciblée pour abriter la première journée, la capitale sénégalaise devra ainsi remplir les conditions sanitaires, sécuritaires ou encore de déplacement pour rester éligible. «Ce qui prime le plus, c’est la sécurité et la santé des équipes, des supporters aussi. Il y a d’autres facteurs par rapport à l’ouverture des frontières, les conditions de voyage», souligne-t-il.

Reprogrammé en novembre-décembre
Face à l’évolution de la pandémie, les responsables de la Bal, en contact direct avec les autorités des pays concernés, envisagent le lancement de la première édition d’ici la fin de l’année. «Nous espérons vers la fin du mois de novembre ou décembre. Mais tout dépendra de là où on trouvera les meilleures conditions. L’intérêt des pays est toujours là. Je suis confiant et si les conditions le permettent, ce sera avec nos partenaires de la Fiba et du pays hôte», a confié M. Fall.
Sur le format, les responsables de la Bal n’écartent pas l’idée de reproduire la formule de reprise de la Nba prévue le 31 juillet jusqu’au 12 octobre (date d’un éventuel match 7 des Finales), dans une bulle à Orlando, sur le site de Disney World.
Compétition regroupant des clubs africains, la Bal est organisée et subventionnée par la Nba en collaboration avec la Fiba. Elle devait se jouer à Dakar, Monastir, Luanda, Lagos, Le Caire, Rabat et Kigali.
Au-delà de la Basketball Africa League, M. Fall est également revenu sur les actions sociales menées par la structure, en partenariat avec The Alliance for international medical action (Alima). Un partenariat dans le but d’apporter «une aide médicale aux populations déployées par le ministère de la Santé du Sénégal». Une action entreprise au moment où la pandémie continue de mettre à rude épreuve le secteur médical et les soignants. «La Bal fournira aux 750 soignants des kits d’hygiène et des Equipements de protection individuelle (Epi), ainsi qu’un don supplémentaire de 10 mille masques pour répondre aux besoins des hôpitaux au Sénégal», a confirmé le président de la Bal.
Basée à Dakar, Alima est une Ong médicale humanitaire internationale qui intervient depuis plus de 10 ans dans des situations d’urgence et de crise sanitaire en Afrique, notamment sur les épidémies d’Ebola et du coronavirus, et qui favorise la recherche et l’innovation, en partenariat avec des médecins locaux. Elle se concentre également sur la formation des personnels de santé, la prise en charge des patients atteints de Covid-19 et l’appui en fournitures médicales pour les hôpitaux.
Dans la même lancée, la Bal entreprend des actions avec l’Ong Enda Tiers Monde au Sénégal, «dans le but de venir en aide aux familles vulnérables en cette période de pandémie du Covid-19».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here