PARTAGER
Le président Augustin Senghor et des membres du comité d’organisation.

«Gorée diaspora festival» se tiendra du 25 au 27 novembre prochains dans l’île mémoire. Le parrain de cette 8e édition est le Président des Etats-Unis, Barack Obama. Un choix symbolique fait au premier Président noir américain que le maire de Gorée, Me Augustin Senghor, et son équipe tiennent à rendre hommage juste au moment où il va quitter le pouvoir.

Par Amadou MBODJI – Gorée va baigner dans une folle ambiance durant trois jours ce mois de novembre. Le prétexte : l’or­ganisation du «Gorée diaspora festival», prévue du 25 au 27 de ce mois. La particularité de cet­te 8e édition est la désignation du Pré­sident des Etats-Unis, Ba­rak O­ba­ma, comme parrain de cet événement qui se tient tous les deux ans.
Sur les raisons du choix porté sur le premier Président noir a­méricain, le maire de Gorée, Me Augustin Senghor, qui faisait face à la presse hier, s’en ex­plique : «Je considère le choix de Barack Oba­ma comme une innovation.  Nous ne cherchons rien d’autre si ce n’est qu’à travers ce qu’il symbolise. Une manière de rappeler au monde que la qualité n’a pas de race», a souligné l’édile de Gorée par ailleurs président du Comité d’organisation. «Aujourd’hui, c’est le premier Président noir américain et on peut dire que si on doit passer en revue tous les Prési­dents américains qui sont passés, il n’a  pas fait moins qu’eux au ni­veau du travail et de l’image véhiculée. Et surtout au niveau de l’humanisme. C’est un Président fortement humaniste», a-t-il témoigné.
Me Senghor de rappeler le contexte de ce choix intervenant à la fin du magistère de celui qui a eu à visiter, avec son épouse, l’île mé­moire en 2013. «C’était une visite mémorable et qui est restée dans l’imaginaire populaire de tous les Sénégalais et du monde entier. Alors que son protocole ne le souhaitait pas, le Président Obama est allé vers les populations pour communier avec elles. C’était des moments forts et nous sommes fiers de pouvoir lui rendre hommage. On veut l’offrir en exemple à la jeunesse pour qu’elle s’inspire de sa démarche.» L’autre figure em­blématique que les insulaires comptent honorer lors de cette ma­nifestation est feu Nelson Man­dela, l’ancien Président de l’Afri­que du Sud. Une figure inoubliable de la lutte contre l’Apartheid.

Thème 2016 : «Mémoire et résilience…»
Ayant pour thème «Mémoire et résilience : du passé au présent, quelles solutions aux fractures des sociétés humaines ?», cette 8e édition se déroule au moment de la commémoration du cinquantenaire du 1er Festival mondial des arts nègres. Elle vise à réconcilier le continent africain et sa diaspora pour inverser une tendance car, selon le maire, «Gorée doit aujourd’hui sa renommée à sa vocation de site mémoire de la traite négrière symbolisée par la Maison des esclaves avec la porte du voyage sans retour».
Les initiateurs de «Gorée diaspora festival» ont l’ambition de dépasser l’image «de la porte du voyage sans retour pour l’ouvrir dans l’autre sens, celui du retour vers Gorée afin de célébrer l’Afrique, continent de l’espoir», a confié Me Senghor qui révèle que 96 millions Cfa représentent le budget de l’édition 2016 qui aura comme invités d’honneur trois pays : les Etats-Unis, l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire.

Un concert de lancement le 18 novembre
Le président du Comité d’organisation a enfin informé qu’un concert de lancement sera organisé le 18 novembre. Il sera animé par la chanteuse Maréma Fall au centre socio-culturel Boubacar Joseph Ndiaye. D’autres artistes sont aussi annoncés, comme Bi­dew Bou Bess, Daradji Family et Pape Diouf. Il y aura aussi des groupes en provenance de l’Afri­que de Sud et d’autres pays.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here