PARTAGER

Le conseiller politique de Khalifa Sall s’émeut des sorties médiatiques de Boun Dionne et de Mbaye Ndiaye sur l’éventualité d’un troisième mandat de Macky Sall.

Entre Mahammed Boun Abdallah Dionne et Mbaye Ndiaye qui ont agité le débat sur le 3ème mandat, Moussa Taye préfère tirer sur le premier. D’après ce proche de Khalifa Sall, le directeur des Structures de l’Apr mérite plus l’expression «ndeysan» (la compassion) au vu de sa «piètre prestation» dans l’émission Faram facce de la Tfm. «La posture de M. le secrétaire général de la Présidence ne l’honore point. Il est devenu, après ses pas de danse endiablés au rythme du mbarass, le clown de la République, manquant d’élégance, de retenue et même de vergogne comme le soulignait, à son propos, le propos éloquent d’un célèbre guide religieux», s’est attaqué M. Taye dans un communiqué.
Ce responsable de Taxawu senegaal estime que Boun Abdallah Dionne, «prototype de l’inutilité et de l’inefficience» du poste de Premier ministre, évoque «doctrine, jurisprudence et pratiques internationales pour valider sa théorie trop alambiquée». Pour Moussa Taye, «la situation est trop sérieuse pour manipuler l’opinion publique». Il ajoute : «Le jeu est compris. Les Sénégalais sont conscients de l’envie manifeste de Macky Sall de s’éterniser au pouvoir. Les faits, gestes et attitudes de son camp le prouvent éloquemment (…) Le bail de Macky avec le Peuple, après l’usurpation éhontée de 2019, prend fin en 2024. Terminus, on rebat les cartes.»
Par ailleurs, l’opposant appelle les responsables apéristes, ayant des «ambitions légitimes», à s’armer de «courage et descendre dans l’arène politique, car la fortune est bien dans le courage». Et il conclut : «Ceux comme Boun, mendiants des faveurs, bénéficiaires de la bourse, de la prime de l’amitié devrais-je dire, doivent cesser les nauséeuses combines», conclut M. Taye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here