PARTAGER

Les Sénégalais morts du Covid-19 n’auront pas de sépulture sur leur terre natale. L’Etat, qui s’oppose à tout rapatriement de leurs dépouilles, a décidé en revanche d’acheter des tombes pour leur garantir un repos éternel digne. En revanche, les personnes mortes d’autres pathologies ou de manière naturelle, ne sont pas concernés par la mesure mais leur famille devra présenter un certificat de genre de mort. Ces décisions ont été dévoilées hier par le ministre des Affaires étrangères, qui détaillait le Plan de résilience pour les Séné­galais de l’extérieur doté de 12,5 milliards F Cfa.

Loin de chez eux, les Sénégalais de l’extérieur sont plongés dans le désarroi. Privés de la chaleur de leurs familles, rongées par la situation tragique de leurs enfants. Evidemment, c’est un double chagrin pour les familles des compatriotes qui ont succombé au coronavirus à l’étranger. En plus de mourir à l’extérieur, ils seront privés de sépulture chez eux, car les dépouilles des Sénégalais décédés du Covid-19 ne seront pas rapatriées. «C’est pour des raisons sanitaires», justifie le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Amadou Bâ l’a fait savoir hier lors du point du jour sur la situation de la pandémie au Sénégal, tenu par le ministre de la Santé et de l’action sociale. Que faire pour leur assurer un repos éternel digne ? «Nous sommes dans une situation mondiale qui impose certaines exceptions. Des Sénégalais sont infectés du Covid-19, il y en a même qui sont décédés dans des pays touchés par la pandémie. Ne pouvant plus rapatrier de corps vu la situation mondiale, nous demandons aux familles de comprendre cette position qui est difficile. L’Etat a décidé d’accompagner en achetant des tombes dans les cimetières de chaque religion que ce soit pour que les Sénégalais décédés du Covid-19 dans les pays touchés soient inhumés là-bas», explique Amadou Ba, visiblement peiné par cette situation. «On l’a fait en Espagne avec un compatriote décédé et inhumé là-bas. Sa famille a eu de la peine et elle a été très compréhensive. Je leur présente les condoléances de la Nation sénégalaise. Chaque Sénégalais décédé dans ces pays-là, sera traité avec le maximum de respect. Instruction a été donnée à toutes nos missions diplomatiques et consulaires de se rapprocher, sans délai, des autorités administratives et municipales des villes de résidence pour disposer à chaque fois que de besoin pendant cette période exceptionnelle, et que nous espérons bientôt derrière nous, d’une sépulture dans les cimetières musulmans ou catholiques pour nos fidèles défunts du coronavirus», dixit le patron de la diplomatie sénégalaise. Par contre, les Sénégalais morts à cause d’autres pathologies et dont le décès a été attesté par un certificat de genre de mort qui n’est pas lié au coronavirus ne sont pas concernés. D’après M. Ba, l’Etat assistera leur famille pour faciliter leur rapatriement.

12,5 milliards F Cfa à la Diaspora
Aujourd’hui, l’Etat a décidé d’appuyer les Sénégalais de l’extérieur, fortement impactés par le coronavirus. D’après le ministre, l’enveloppe du plan sectoriel de contingence pour assister, soutenir et protéger la Diaspora établie dans les pays touchés par le Covid-19 est de 12,5 milliards de francs Cfa. Il s’agit d’abord d’une phase d’urgence que ses services sont en train de mettre en œuvre depuis mercredi. Mais il y a aussi, selon la tutelle, d’une autre plus conséquente dite de résilience qui impose une nécessaire prise en charge dans le court, moyen et long termes. Pour faciliter ce travail, le ministre apprend qu’une plateforme interactive d’échanges et d’enrôlement est en cours de finalisation. Elle servira de relais entre le réseau diplomatique et nos compatriotes tout en intégrant un formulaire d’identification et de recensement des compatriotes susceptibles d’être assistés.
Ainsi des cibles prioritaires ont été retenues par les services de Amadou Bâ. En fait, les critères d’attribution sont établis comme suit : les Sénégalais de l’extérieur en situation de précarité du fait de la crise sanitaire (Sénégalais en situation de vulnérabilité, en cours de régularisation de séjour, Sénégalais évoluant dans le secteur informel, et nos vaillants retraités des foyers qui sont aujourd’hui très exposés). Sont aussi concernés, les étudiants non allocataires, les Sénégalais bloqués dans les pays autres que leur pays de résidence et dans les zones de transit. «La liste des potentiels bénéficiaires est complétée par les compatriotes non bénéficiaires de l’aide de crise ou de l’assistance sociale du pays d’accueil, les familles des malades et/ou victimes du Covid 19», précise M. Ba, qui a attiré l’attention sur la nécessité d’un respect scrupuleux des directives sanitaires émises par les autorités des pays d’accueil, renforcées par celles de l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here