PARTAGER

Doro Sy n’est pas engoncé dans son boubou «Gessner» bleu pour valider la proposition de Bamba Fall de soutenir Idrissa Seck en 2019 en cas de condamnation de Khalifa Sall. «On ne combat pas une incohérence par une autre incohérence», sert-il aux proches de Khalifa Sall. Taille plus ou moins mastodonte, lunettes d’intello bien vissées, le désormais ex-porte-parole du Ps France ne met pas de gants pour dénoncer son exclusion et celle de Khalifa Sall et Cie du Ps. Ce proche de Me Aïssata Tall Sall qui a rendu visite au journal Le Quotidien veut faire du maire de Podor la candidate du «rassemblement» pour les Socialistes.

Vous faites partie des 7 Socialistes de France, exclus par le Ps jeudi dernier. Quelle lecture en faites-vous ?
C’est une procédure qui m’inquiète. Dans un parti politique organisé, je pense qu’il y a un minimum de précautions juridiques, légales et statutaires que le parti devait prendre. Avant d’exclure des camarades, d’une part, il faut les entendre, les écouter, les confronter à leur posture d’opposition au parti ; et d’autre part, qu’une commission puisse en délibérer. Cela n’a pas été le cas. Que le Bureau politique se réunisse pour exclure 65 personnes et qu’il se rappelle d’avoir oublié d’autres personnes pour revenir et allonger la liste, c’est ridicule. Je pense que le parti doit revenir à la raison. Que l’on sache qu’actuellement, le mieux pour le Ps, c’est de rassembler les camarades. On n’est pas dans les moments où il faut exclure. A moins qu’il suive une feuille de route déclinée par le Président Macky Sall.

C’est quoi cette feuille de route ?
C’est-à-dire ceux qui seront de connivence avec Macky Sall et qui lui apportent un soutien à la Présidentielle de 2019 en faisant de ce dernier leur candidat. C’est inacceptable ! Le Ps ne soutiendra jamais Macky Sall. Même si la direction du Ps le dit, la base ne va pas suivre. Tanor Dieng et ses affidés trompent Macky Sall. Ils sont en train de créer des distorsions, un fossé énorme entre les Sénégalais et les Socialistes en jouant le jeu de Macky Sall.

Est-ce que vous ne vous êtes pas auto-exclus du parti en décidant de prendre toujours son contrepied, mais aussi ne pas prendre part à ses activités ?
Quand on ne se retrouve plus dans des procédures démocratiques du parti, on a le droit de contester. On a toujours demandé au sein du parti qu’on adopte des procédures pour avoir des positions claires et nettes, mais la direction le fait toujours de façon anecdotique et assez précipitée. Les procédures de validation de l’option du Ps aux Législatives n’ont pas été faites dans les règles de l’art, c’est-à-dire dans les règles démocratiques. Nous contestons, et c’est ce qui a été à la base des retranchements de Khalifa Sall, de Me Aïssata Tall Sall et autres. La grande majorité des Socialistes estiment que le parti est en train de s’auto-dissoudre dans l’Apr. Ils sont en train d’exclure tout le parti et il ne va rester qu’un petit groupuscule de responsables qui tiennent en otage le parti. Leur ambition est d’assouvir des intérêts personnels et matériels.

En France, comment les Socialistes ont accueilli cette décision du Bureau politique du Ps ?
Ils ont la même approche que ceux qui sont dans le département de Podor ou ailleurs. Ils comprennent que cette décision précipitée du Parti socialiste, c’est simplement pour faire plaisir à Macky Sall. L’objectif final pour la direction du Ps, c’est de tenir un congrès pour présenter Macky Sall comme son candidat. Ceux qui sont exclus en France, ce sont ceux qui sont au-devant de la scène. Il y a des sensibilités à l’image du parti. Ceux qui sont proches de Khalifa et de Aïssata travaillent ensemble et en cohérence. Les proches de Tanor, eux, essaient d’exister, mais n’arrivent pas à se réunir ou à faire face à l’autre logique politique incarnée par nous.

Donc, vous vous réclamez toujours du Ps ?
Nous sommes Socialistes dans le cœur. J’ai toujours milité au Parti socialiste.
Sauf que la direction du Ps menace de traduire en justice les exclus qui utiliseront les symboles du parti…
A partir du moment où cela vient de la bouche d’un porte-parole qui ne sait même pas appréhender les principes élémentaires de démocratie, de justice ou de droit, je ne crois pas que cela ait un sens. Nous allons nous mobiliser pour faire entendre notre voix au nom du Parti socialiste. De toute façon, nous les Socialistes qui sommes des soi-disant exclus, nous ne serons jamais derrière Macky Sall. Nous ne serons pas non plus derrière un candidat qui n’a pas des valeurs socialistes. Nous voulons être cohérents. En 2012, nous avons dit que le Ps ne peut pas s’allier avec des Libéraux, c’est-à-dire ni avec Me Abdoulaye Wade ni Karim Wade ou Idrissa Seck et autres. J’ai vu des camarades proches de Khalifa Sall donner cette approche des choses. Nous ne l’accepterons jamais. Si Khalifa Sall n’est pas éligible pour la Présidentielle, nous avons Me Aïssata Tall Sall qui pourra jouer ce rôle. Je pense que tous les Socialistes de bonne foi pourraient se retrouver dans ses idées. Si le régime actuel, en relation avec Ousmane Tanor Dieng, arrive à museler Khalifa Sall pour le mettre hors d’état de nuire, je pense que la logique et le bon sens voudraient des retrouvailles socialistes derrière Me Aïssata Tall Sall et créer un mouvement de combat et de cohérence politiques.

Donc, vous jugez «incohérents» les propos de Bamba Fall qui n’exclut pas de soutenir Idrissa Seck si Khalifa Sall ne se présente pas à la Présidentielle de 2019 ?
On ne peut pas combattre une incohérence par une autre. On ne peut pas combattre Macky Sall en disant qu’on n’a pas les mêmes idées et la même histoire, et se ranger derrière Idrissa Seck pour les mêmes appréhensions. Idrissa Seck n’est pas en cohérence politique avec le Parti socialiste. Si Bamba Fall constate que Khalifa Sall n’est pas en mesure de se présenter, j’appelle tous les Socialistes de cœur et de raison à se mettre derrière Me Aïssata Tall Sall qui sera la candidate du rassemblement.

Alors, vous confirmez que Me Aïssata Tall Sall sera candidate à l’élection présidentielle de 2019 ?
Je le souhaite et lui conseillerai de se présenter. Je me base sur son discours de cohérence et socialiste.

Travaillez-vous avec le camp de Khalifa Sall ?
Nous travaillons ensemble. Le Ps de France, ce sont les Khalifistes et ceux qui sont avec Aïssata.

On a constaté sur la liste des exclus l’absence du Pr Abdoulaye Elimane Kane qui pourtant est du camp de Khalifa Sall…
C’est aussi une cohérence du Parti socialiste. Il y a du deux poids deux mesures. C’est simplement un groupuscule qui est autour de Tanor, lui siffle des noms que ce dernier valide. C’est anti démocratique dans un parti comme le Ps.

Le porte-parole du parti, Abdoulaye Wilane, a justifié cela en soulignant que les faits reprochés aux exclus ne concernent pas Abdoulaye Elimane Kane…
Donc, c’est simplement le fait d’avoir participé à des élections sous une bannière opposée à celle du Ps qui nous vaut cette exclusion ? On ne nous exclut pas parce qu’on a des idées différentes de celles du Ps. Ils reconnaissent qu’on a les mêmes idées. Tout cela n’est pas cohérent.

Maintenant, est-ce que l’avenir ne s’assombrit pas pour vous en direction de 2019 avec l’exclusion de ces responsables ?
Cette exclusion n’est qu’une étape futile et inutile parce que nous pensons que le rôle d’un secrétaire général c’est de rassembler et non d’exclure. S’il pense que l’option actuelle, c’est-à-dire l’exclusion, est la meilleure forme, qu’il respecte au moins les règles.
Tanor a dit qu’il vous a laissé du temps pour revenir à de meilleurs sentiments…
La direction du Ps n’a pas voulu créer un débat interne sincère. Si on n’arrive pas à se comprendre dans une famille, il faut qu’on s’assoie et qu’on discute. Mais le problème du Ps, c’est le manque de débats et de cohérence en son sein. Tant que ce n’est pas fait, il y aura toujours ces distorsions et dissonances. Mais nous sommes droits dans nos bottes. Nous demeurons Socialistes et mèneront un combat politique et éventuellement juridique. Cette exclusion va affaiblir la direction du parti et le régime en place. Ils vont être perçus comme étant des personnes qui n’ont aucune tolérance et qui sont dans des actes de brutalité. Le Peuple sénégalais va apprécier. On va continuer à travailler pour un Socialisme de cohérence et notre référence s’appelle Léopold Sédar Senghor. Lorsqu’on rapproche cet homme aux actes posés par la direction du Ps, on voit l’abîme qu’il y a entre le management de Tanor et celui de Senghor. S’il pense que ce qu’il a fait est d’inspiration «senghorienne», c’est à lui d’apprécier. Mais je pense que la direction du Ps est en train de mener un combat contre le socialisme et les Socialistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here