PARTAGER

Le 25 juin est la nouvelle date retenue pour la reprise des cours pour les classes d’examen. Hier lors d’un point de presse, le ministre de l’Edu­ca­tion nationale a donné les détails du calendrier des examens et les modalités pour le passage des classes intermédiaires. Ainsi, il est retenu que les examens vont démarrer à partir du 20 août et la rentrée scolaire 2020-2021 est prévue pour novembre.

Les autorités veulent coûte que coûte sauver l’année scolaire. Après l’échec de la reprise du 2 juin, le 25 juin est la nouvelle date retenue. Suite à l’annonce de la date en Conseil des ministres mercredi, le ministre de l’Education nationale a détaillé les modalités de cette reprise pour les classes d’examen hier lors du point du jour sur la situation du Covid-19.
En annonçant la reprise des cours pour les classes de Terminale, 3ème, Cm2 et les classes d’examen professionnel, Mamadou Talla a fait savoir que les examens sont prévus à partir du 20 août. Ainsi il est noté que le Cfee et l’entrée en sixième sont prévus à partir du 20 août, le Bfem à partir du 14 septembre, les sessions de remplacement à partir du 15 octobre.
S’agissant du Baccalauréat, M. Talla informe que «la discipline de philo se déroulera le 12 août 2020, le Baccalauréat technique à partir du 31 août et le Bac général à partir du 2 septembre et les sessions de remplacement à partir du 12 octobre».
Quid des classes intermédiaires ? Concernant ce point, le ministre de l’Education nationale renseigne que «les modalités de passage des élèves vers une classe supérieure seront définies par le sous-comité pédagogique». Dans ce cadre, annonce M. Talla, «les propositions de passage seront faites avant le 31 juillet 2020».
En outre, le ministre précise que «pour l’année scolaire 2020-2021, les activités d’enseignement et d’apprentissage démarreront par des séances de consolidation». Dans la même veine, il souligne que «le calendrier scolaire sera donc réaménagé par décret pour intégrer la période d’examen prévue durant tout le mois de septembre». Conséquence de ce réaménagement : «La nouvelle année scolaire 2020-2021 débutera alors dans la première semaine du mois de novembre.»
Le ministre de l’Education nationale a aussi fait savoir que «pour garantir le déroulement des enseignements et apprentissages dans des conditions optimales, il nous faut relever ensemble de nouveaux défis». D’après lui, il s’agit de «la prise en charge sanitaire et l’appui psycho-social nécessaire pour les enseignants et élèves en cas de contamination, la prise en compte des risques d’inondation en cette période hivernale».
M. Talla a aussi parlé de «l’adaptation des contenus pédagogiques et les modalités d’organisation des examens et concours et enfin la continuité pédagogique pour les classes intermédiaires». A ce propos, indique le ministre, «pour tous ces points évoqués, des propositions sont faites dans la note d’orientation additive finalisée qui sera mise à disposition des autorités administratives et académiques dès aujourd’hui (Ndlr : hier)».
Lors de son intervention, Mamadou Talla a assuré que «la volonté de tous les acteurs de sauver l’année scolaire sera sous-tendue par le respect strict du protocole sanitaire validé par le Comité national de gestion des épidémies en vue de garantir la sécurité sanitaire des apprenants et des enseignants».
Par ailleurs, pour justifier la volonté du gouvernement de rouvrir les classes d’examen, le ministre, à l’entame de ses propos, a souligné qu’ayant «pris l’option forte de miser sur le développement du capital humain comme pilier du Plan Sénégal émergent, notre pays se doit d’adapter sa politique éducative à tous les contextes particulièrement à la situation actuelle afin de renforcer sa résilience». Ainsi ajoute-t-il, «dans cette dynamique de reprise progressive de l’activité économique et sociale découlant de l’allègement des restrictions liées notamment à l’Etat d’urgence, les ministères concernés ont pris les dispositions nécessaires pour reprendre les enseignements et apprentissages dans les meilleures conditions possibles à travers une démarche inclusive». Il ne reste qu’à espérer que cette date soit la bonne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here