PARTAGER

On en sait un peu plus sur le sort des exclus du Parti socialiste (Ps). Ils ont lancé hier le Rassemblement pour la solidarité et l’unité de la République (Rassure). Le coordonnateur, Youssouph Mbow, explique qu’ils ont choisi d’être des Socialistes avec Khalifa pour l’aider à pouvoir accéder à la magistrature suprême

Le verdict du procès du maire de Dakar, Khalifa Sall, sera connu demain vendredi. Pendant ce temps, ses camarades exclus comme lui du Parti socialiste (Ps), ont choisi hier de lancer officiellement, leur mouvement baptisé Rassemblement pour la solidarité et l’unité dans la République (Rassure). Ils ont tenu dans la foulée, leur premier congrès ordinaire, qui avait pour thème : rebâtir une nouvelle conscience citoyenne pour réinventer la politique.
A la question de savoir s’ils ont rompu définitivement les amarres avec le Ps, leur tout nouveau coordonnateur a rétorqué : «On y est parce que physiquement, on y est conviés, on y est parce que émotionnellement, moralement, on y est liés. Evidemment, aujourd’hui ceux qui incarnent le Ps, ni physiquement, ni moralement, ne peuvent être liés à nous.» Youssouph Mbow a ajouté : «Nous avons choisi d’être des Socialistes de valeur, nous avons choisi de ne lâcher jamais un des nôtres, de ne jamais condamner un des nôtres, de ne jamais trahir le principe qui a permis au parti socialiste d’être aujourd’hui une formation politique des valeurs, à savoir celles prônées par Senghor.» Donc, pour lui, la question n’est pas d’être du Ps. «La question c’est, est-ce que réellement les valeurs pour lesquelles les pères fondateurs du socialisme se sont battus, ces valeurs-là jusqu’à présent, on les porte en bandoulière ou pas ?» M. Mbow et Cie pensent que c’est Khakifa Sall l’héritier légitime de Senghor et ils le suivront quelle que soit l’appellation de la structure dans laquelle ils vont se mouvoir. «Notre structure c’est, Rassure. Ce n’est pas le Parti socialiste version des socialistes tocards, qui ne peuvent jamais gagner ni dans leur quartier, nous avons choisi d’être des socialistes avec Khaf dans un mouvement, pour l’aider à pouvoir accéder à la magistrature suprême avec un programme crédible», explique-t-il. Et même si leur candidat devait être condamné après-demain, il reste leur choix : «Nous n’avons pas travaillé, ni imaginé un autre candidat que lui. C’est le seul que nous avons choisi. Et il ne sera pas condamné si le droit est dit.» Bamba Fall, le plus grand absent de la rencontre, n’a-t-il pas été invité ? « Nous avons invité tout le monde et je ne me fait pas de fixation sur des personnes. Nous remercions Barthélemy Dias pour sa présence, ainsi que Pape Diouf …», dit M. Mbow.
Le mouvement veut faire de la politique comme on le fait dans ce pays, mais aussi faire de la politique comme on n’en a jamais fait dans ce pays. «La politique c’est une occasion de mobilisation des masses, mais nous, nous voulons également en faire une occasion non seulement de mobilisation des masses, mais de mobilisation des masses au service d’une action citoyenne. Sur le plan politique, en lançant le mouvement, nous l’avons adossé à des valeurs», dira-t-il. Ces valeurs sont incarnées par Khalifa Sall. Lequel est leur choix, celui qu’ils veulent accompagner pour qu’il puisse proposer au Sénégal, «non pas une alternance vide mais crédible, qui puisse prendre en charge les préoccupations du Peuple».
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here