PARTAGER

En moins d’une semaine, le Ps socialiste a annoncé deux dates s’agissant l’exclusion de ses dissidents. Prévue initialement en janvier, la réunion du Bureau politique va finalement statuer sur les cas de Khalifa Sall, Me Aïssata Tall Sall et Cie samedi.

Le Parti socialiste veut se débarrasser le plus rapidement possible de ses frondeurs. Ousmane Tanor Dieng a convoqué la séance Bureau politique samedi pour l’approbation de la proposition du Secrétariat exécutif national qui, en octobre dernier, avait proposé l’exclusion de Khalifa Sall, Aïssata Tall Sall et Cie. Cependant, il y a lieu de s’interroger sur les véritables raisons de cette précipitation. Car vendredi dernier, le porte-parole du parti avait annoncé ce Bp pour le mois de janvier. D’ailleurs, dans le but de sceller le sort de ces responsables qui ont défié le parti lors des Législatives, une réunion du Secrétariat exécutif national est convoquée aujourd’hui à 16 heures à la Maison du parti. Alors que cette instance, qui s’est réunie jeudi dernier, doit, d’après les statuts du parti, se tenir tous les 15 jours.
C’est dire que Ousmane Tanor Dieng et ses camarades ne veulent plus trainer les pieds en ce qui concerne l’avenir des frondeurs dans le Ps. La pose de gerbes qui s’est passée hier dans la division devant la tombe de Léopold Sédar Senghor à Bel-Air, et le lancement, samedi à Kaolack, de la vente de cartes du Ps par les pro-Khalifa semblent avoir eu raison de Barthélemy Dias et ses camarades.
Dans le cadre du colloque organisé à la Maison du parti, Ousmane Tanor Dieng a fait la leçon aux autres héritiers de Senghor, comme Khalifa Sall et Me Aïssata Tall Sall. Sans les citer, il a déclaré : «Nous voulons rester fidèles au socialisme démocratique. C’est donc conformer notre action politique à cette culture qui renferme les solutions efficaces, durables et contemporaines. Mais il faut prendre la peine de lire Senghor. Mais on entend souvent des gens qui ne l’ont ni pratiqué ni lu ou même s’ils l’ont lu, n’ont rien compris. Je pense que de ce point de vue, il faut savoir raison garder.» Dans le cadre de son compagnonnage avec Benno bokk yaakaar, le Ps est accusé aujourd’hui d’avoir renié ses principes. Son patron répondra : «Un parti vivant est un parti qui se renouvelle constamment dans sa pensée. La pensée socialiste ne se reconnait ni dans l’immobilisme idéologique ni dans le dogmatisme. Cette pensée doit dialoguer avec les concepts et les idées. Elle doit se mouler constamment dans son contexte et dans son époque tout en conservant sa substance inaltérable de valeurs et de principes.»
En outre, devant Mor Ngom, Zahra Iyane Thiam (Apr), Diégane Sène (Urd) autres alliés de Bby, le président du Haut conseil des collectivités territoriales a salué l’«audace» et le «courage» du Président Macky Sall qui, selon lui, a matérialisé le vision de Senghor «lorsqu’il disait qu’en 2000, Dakar sera comme Paris». Il va citer l’aéroport Blaise Diagne de Diass, le Train express régional et les autoroutes qui «déchirent le Sénégal en long et en large».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here