PARTAGER

Le porte-parole de l’Apr voit dans la rébellion de Moustapha Diakhaté des «troubles obsessionnels et convulsifs». Seydou Guèye a réitéré que leur parti n’admet pas la création de courant ou de mouvement en son sein.

Le Secrétariat exécutif national (Sen) de l’Apr s’est réuni une nouvelle fois vendredi. Et c’était pour entériner l’exclusion de Moustapha Diakhaté du parti, prononcée par la commission de discipline et sur proposition de Macky Sall. Et le porte-parole du parti présidentiel est allé plus loin que le communiqué lui-même. Invité de l’émission «Grand jury» de la Rfm, Seydou Guèye a indiqué que son désormais ex-camarade qui vient de lancer Manko taxawu sunu Apr connaît bien l’Apr pour en avoir été le Chargé d’orientation. «Il sait mieux que quiconque que nos statuts ne prévoient pas l’existence d’un courant à l’intérieur de ce parti. Même si on veut être dans la duplicité, il faut bien comprendre que les mouvements qui sont autour de l’Apr sont des mouvements qui soutiennent l’action du président de la République et non des mouvements internalisés», rectifie-t-il. Pour lui, en politique, «un leader on le défend en dehors du parti et on discute à l’intérieur du parti». Mais M. Guèye ne semble pas très surpris par l’attitude de l’ancien président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar. «Je pense que ce dont il s’agit, c’est ce que j’appelle les troubles obsessionnels et convulsifs. Si vous interrogez l’histoire, il (Diakhaté) a eu ce type d’approche et de démarche, que ce soit avec Taxawu, Sopi ou autres. Mais fondamentalement, on ne peut pas accepter dans un parti qu’il y ait de telles postures», ajoute-t-il, non sans rappeler avoir averti que toute personne qui se mettrait en dehors de la ligne du parti serait dans une «posture fractionniste». Mais Seydou Guèye n’irait pas jusqu’à voir des parrains derrière les sorties de Moustapha Diakhaté. «Si tel était le cas, je serais très déçu. Pour un homme qui a occupé les responsabilités qu’il a eues, qui a le parcours qu’il a eu, je pense qu’il a passé l’âge d’être une marionnette», a-t-il souligné. Aussi bien Diakhaté que Ousmane Sonko qui tire sur Macky Sall, Seydou Guèye les met dans le lot de ceux-là qui «passent leur temps sur Facebook avec le courage du clavier pour faire d’autres choses». Or, rappelle-t-il, «la politique, c’est une réalité de terrain et un rapport de forces».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here