PARTAGER
Recueillis par Alioune Badara NDIAYE - Correspondant

Des altercations suivies d’une rixe ont eu lieu dernièrement entre des habitants du quartier Youssou Mbargane Diop de Rufisque, situé en face de la structure de santé éponyme, et des gens mandatés par les dirigeants de Saltigué pour faire le bornage d’un site qui appartient au club sportif et implanté au cœur du quartier. Président du Saltigué, Cora Fall fait la lumière sur cet incident malheureux.

Une bagarre a éclaté dernièrement sur le lieu devant abriter le siège du Saltigué. C’est quoi la cause ?
Dans le cadre de notre partenariat, Eiffage a manifesté son intention de nous accompagner dans la construction du siège du Saltigué. Ils nous ont dit de trouver un vieux patrimoine de la mairie pour le rénover ou à défaut de faire un plan avec une demande pour le leur soumettre. Comme nous avons un terrain, nous avons opté pour la 2ème option. On a décidé alors de faire des bornages pour pouvoir présenter un projet adéquat aux partenaires pour la réalisation du siège. Pour ce faire, il faut présenter des plans, des relevés, des bornages. C’est ce que nous étions en train de faire. Le géomètre était à l’œuvre. Des gens se sont levés pour saboter ce que nous sommes en train de faire. Ils sont venus pour enlever toutes les bornes et ont même blessé l’ouvrier du géomètre qu’ils ont trouvé sur place. L’un des gens derrière cette manipulation est un ancien membre du Comité directeur. Il a été renvoyé il y a deux ans parce qu’il avait vendu deux terrains appartenant au Saltigué. Un autre parmi les quatre personnes qui s’agitent est venu demander un terrain pour son compte personnel et nous avons refusé. C’est pourquoi ils ont tenté de monter des gens dans le quartier pour soi-disant contester ce que nous sommes en train de faire. Nous allons porter plainte et nous allons continuer le bornage. Le terrain nous appartient. Nous n’accepterons plus que des gens viennent perturber les travaux sur un terrain qui nous appartient. Ce site est la propriété du Saltigué.
Ils disent pourtant avoir investi leur argent sur le site…
Si quelqu’un vient sur le terrain d’autrui pour faire des investissements c’est à ses risques et périls. Nous n’avons sollicité personne. Et d’ailleurs le délégué de quartier a été très clair. S’ils disent avoir cotisé pendant trois ans pour remblayer le site, c’est faux ! Le directeur de Cabinet du maire de l’Est a affirmé que c’est la mairie qui a procédé au remblaiement du site sur la demande des populations.

Qu’est-ce qui, selon vous, est la source de cette agitation ?

Ces gens mènent un combat pour leur intérêt propre. Ils veulent quelque chose sur ce terrain et nous ne leur donnerons rien. Nous avons dit que si nous devons donner un terrain, c’est à la population de manière globale et non pour satisfaire la demande d’un particulier. Les habitants, par la voix de l’imam, ont sollicité un espace pour un Institut islamique et nous le leur avons accordé parce qu’on n’a pas besoin de toute la superficie pour ériger notre siège.
Dans le passé des terrains avaient été vendus sur le site…
Pour les besoins de notre participation aux coupes d’Afrique de volleyball et handball en 2015, on avait un déficit d’argent. Pour un budget de 60 millions Cfa pour la participation aux deux compétitions. Le président de la République nous avait donné 20 millions et cela était insuffisant. Le Comité directeur a donc décidé de vendre une partie du terrain avec l’autorisation du service des domaines. On a pris quatre terrains qu’on a vendus pour combler le déficit. Par la suite, après les compétitions en tant que président, j’ai décidé de rembourser pour reprendre nos terrains parce que c’est destiné à un siège. Le Saltigué n’avait pas d’argent, c’est moi qui ai sorti mon argent pour rembourser ceux qui avaient acquis les quatre terrains. Ils disent que c’est 1 hectare mais c’est faux. La superficie du site c’est 1500 m2 et à part l’espace pour un Institut islamique offert au quartier, tout le reste est intact.

Comment le club a vécu cette saison sans compétitions sportives ?

Nous sommes en train de travailler sur le rapport de nos activités que nous allons présenter aux partenaires. Pendant que la plupart des clubs sont restés inactifs avec le Covid 19, nous avons dépensé l’argent que nous avions dans la lutte contre le coronavirus. Nous avons pris le car du club pour faire des tournées de sensibilisation et de distribution de produits. On a doté les 20 postes de santé du département en produits. On a distribué des denrées alimentaires aux parents, familles de membres du Saltigué décédés et à des supporters. Avant cela nous avions équipé toutes les sections avec le soutien d’Eiffage. Il n’y a pas une association sportive qui a fait mieux que nous. On a fait ces réalisations sociales pour participer à la riposte contre la pandémie du Covid-19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here