PARTAGER

Modou Anta et Bombardier partagent le même manager qui n’est autre que Pape Dia. Vainqueur de Zarco de Grand-Yoff, le lutteur de Thiès a bénéficié de l’expertise du «Roi des Arènes» pour lui valoir de prendre le dessus sur son vis-à-vis.

Vous êtes le nouveau manager de Modou Anta. Comment les contacts se sont passés ?
Je gère Modou Anta depuis le début de la saison. Les premiers pas ont été faits par le camp de Modou Anta. Son staff m’a sollicité pour que je sois son manager. Et par ricochet pour que Modou Anta bénéficie de l’expertise de Bombardier. Faut savoir que Modou Anta ne disposait pas à Thiès d’un sparring-partner qui pouvait lui apporter un plus. Il dispose de plus de force que ceux avec qui il avait l’habitude de se préparer à Thiès. C’est ainsi qu’il a senti la nécessité de solliciter les services de Bom­bardier pour  progresser dans la lutte avec frappe qui se trouve sa profession. C’est un bon lutteur qui n’a besoin que d’être mieux encadré pour faire exploser son talent. D’ailleurs c‘est avec Bombardier qu’il a préparé son combat victorieux contre Zarco.
Est-il basé à Mbour ou faisait-il la navette entre Thiès et Mbour pour venir s’entraîner chaque jour sur la Petite-Côte ?
Tout au début, Modou Anta faisait la navette entre Dakar et Thiès. Depuis qu’il s’est mis à préparer son combat contre Zarco, le lutteur de Thiès s’est installé à Mbour au domicile d’un de ses parents qui vit sur la Petite-Côte. Ce n’est qu’à quelques jours de son combat victorieux contre Zarco qu’il s’est rendu à Thiès. Et c‘est de la capitale du Rail (Thiès) qu’il a rallié Demba Diop pour en découdre avec son adversaire. Vu l’état physique qu’il a affiché dimanche dernier à Demba Diop, vous vous êtes rendu compte qu’il s’est bien préparé pour avoir fait la navette entre les salles de musculation et les séances de contacts.
Ce n’est que cette saison que vous avez officialisé votre collaboration avec Modou Anta qui, selon une indiscrétion, a eu à préparer un de ses combats au sein de votre écurie ?
C’est vrai que notre collaboration remonte à quelque temps. Mais on l’a officialisée en début de cette saison. Pour vous dire, Modou Anta s’est même préparé au sein de l’écurie Mbour lors de son combat contre Yékini Jr. Les jeunes lutteurs de notre écurie lui avaient servi de partenaires lors des contacts.
Le fait que Modou Anta se rapproche de Bombardier pour progresser ne traduit-il pas le leadership qu’incarne le «Roi des arènes» dans la région de Thiès ?
Bombardier est devenu une référence dans la région de Thiès où Mbour est rattaché. S’il n’avait pas réussi dans sa carrière, je pense que les lutteurs de notre région se seraient découragés à l’idée de devenir lutteurs. Bombardier trouve du plaisir pour venir en aide aux jeunes lutteurs qui le sollicitent. En plus de leur faire bénéficier de son expérience, Bombardier les assiste sur le plan financier. Ce n’est pas pour rien que Modou Anta dit souvent que Bom­bardier est son idole. A chaque fois, il ne se prive  pas de le réaffirmer. Modou Anta se dit supporter Bombardier depuis qu’il est gamin. C’est ce qui explique qu’il se soit rapproché de lui pour bénéficier d’un certain soutien de sa part pour progresser davantage. Bombardier est très content de collaborer avec Modou Anta et il y met du cœur pour l’assister. C’est quelqu’un qui est très comblé de voir son poulain sortir victorieux de son combat contre Zarco.
Quelle impression avez-vous de Modou Anta depuis que vous avez commencé à travailler avec lui ?
Modou Anta est une bête des entraînements. Il ne rechigne jamais à donner le meilleur de lui-même pour atteindre les sommets. C’est quelqu’un avec qui on a du plaisir à travailler. Tous ceux qui ont assisté ou regardé son combat de dimanche dernier se sont rendu compte du bon état physique affiché par Modou Anta. Cela prouve qu’il s’était bien préparé. Vu la manière avec laquelle il s’est préparé avec Bombardier, il était difficile pour lui de perdre ce combat. Il s’est bien préparé au point qu’on était convaincus qu’il avait les moyens nécessaires pour ramener la victoire dans la région de Thiès.
Parlons maintenant du combat Bombardier-Eumeu Sène. Le promoteur Assane Ndiaye dit vouloir l’organiser le 21 mai. Avez-vous la confirmation de cette date ?
Nous n’avons pas encore été saisis officiellement par le promoteur, Assane Ndiaye, pour nous informer que ce combat se tiendra le 21 mai. Ce n’est qu’à travers la presse que j’ai appris la nouvelle. J‘attends le coup du fil du promoteur pour nous informer de la régularisation de ce combat auprès du Cng. Si cette date du 21 mai est confirmée, je pense ce serait une bonne chose pour nous. Parce que cette date prend en compte notre préoccupation qui est de disputer ce combat avant le début du Ramadan. Le 21 mai nous arrange pour qu’on en finisse avec ce combat et qu’on puisse passer à autre chose.
Peut-on entrevoir un éventuel voyage en Europe de Bombardier pour y préparer ce combat si toutefois le 21 mai est confirmé ?
C’est vrai que si le combat doit avoir lieu le 21 mai prochain, on aura le temps suffisant avant de pouvoir le disputer. On verra, une fois que cette sera confirmée, la meilleure formule à adopter pour préparer cette confrontation. Bombardier a l’habitude de voyager à l’extérieur en dehors d’un combat. Il y a des duels qu’il a préparés à l’étranger et d’autres ici au Sénégal. Nous nous donnerons le temps de la réflexion pour voir la meilleure option à prendre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here