PARTAGER

Dimanche à Moscou, Didier Deschamps a réussi avec ses hommes l’exploit de remporter une deuxième Coupe du monde, vingt ans après l’avoir soulevée en tant que capitaine de l’Equipe de France. DD devient le troisième homme sacré en tant que joueur et sélectionneur, après Mario Zagallo (Brésil) et Franz Beckenbauer (Allemagne).

Gagner une Coupe du monde suffit au bonheur d’un homme. Didier Deschamps, qui a déjà connu cela il y a vingt ans, peut en témoigner. Rien n’est plus beau que de soulever ce trophée et de s’offrir une part d’éternité. En recommençant dimanche dans la peau d’un sélectionneur comblé, DD est entré doublement dans la légende. Dans celle du pays. Et du monde. Grâce à la victoire des Bleus contre la Croatie dimanche (4-2), il intègre une caste très fermée : celle de ceux qui ont triomphé en short et en costume lors d’un Mondial. Il rejoindra un Brésilien, Mario Zagallo, et un Allemand, Franz Beckenbauer.

DD déjà unique 
Mario Zagallo a remporté la Coupe du monde en 1958 et 1962 en tant que joueur. Le Brésilien, parti à la retraite en 1965, a rapidement entamé une carrière d’entraîneur qui l’a mené sur le banc de la Seleção dès 1967, poste qu’il quittera l’année suivante avant d’être rappelé à la rescousse pour le Mondial mexicain, le chef d’œuvre de la sélection auriverde. Zagallo poussera le bouchon jusqu’à remporter une autre Coupe du monde en tant qu’adjoint de Carlos Alberto Pereira (1994), puis dirige le Brésil pour une dernière finale… face aux Bleus (1998).
Finaliste malheureux en 1966, joueur blessé héroïque en 1970, Franz Beckenbauer a remporté la Coupe du monde avec la Rfa en 1974 avant de remettre le couvert en 1990 sur fond de réunification allemande. Quatre ans auparavant, il avait aussi emmené la Nationalmannschaft en finale de l’édition 1986.
A sa manière, DD est déjà unique, car il est le premier à atteindre les finales du Mondial et de l’Euro en tant que joueur et entraîneur. Seul petite ombre au tableau, il avait perdu sa finale de championnat d’Europe il y a deux ans. Mais le sélectionneur tricolore est du genre à reprendre ses bonnes habitudes, et l’a encore prouvé ce dimanche.
Eurosport.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here