PARTAGER

Imaginez une galerie sans mur ni vitrine ! Une galerie entièrement virtuelle au Sénégal ! Expat-Dakar l’a rendu possible, en lançant ce jeudi une nouvelle plateforme 100% digitale et entièrement dédiée aux arts visuels. Si pour l’heure seuls 15 artistes se sont inscrits dans cette plateforme, pour Mapenda Diop, fondateur d’Expat-Dakar, et le commissaire Idrissa Diallo, cette plateforme va exploser dès que les artistes se rendront compte des énormes avantages qu’offre le net.

A l’ère du numérique, il faut bien se mettre à la tendance. C’est ce à quoi le fondateur d’Expat-Dakar, Mapenda Diop, s’essaye. Ce dernier qui a lancé jeudi dernier une galerie entièrement digitale au sein de son site a saisi cette occasion pour vanter les opportunités qu’offre la digitalisation des œuvres d’art. «Nous avons décidé, du fait de notre expertise et de notre expérience sur le digital à travers la plateforme Expat-Dakar, de créer une galerie virtuelle pour permettre aux artistes sénégalais d’avoir une vitrine. Expat-Dakar est un site de petites annonces, de particuliers à particuliers, dont l’audience dépasse plus d’un million de visites par mois. L’objectif, c’est de faire bénéficier ce trafic aux artistes plasticiens, de leur offrir une certaine visibilité sur le net. Et que ça soit aussi une sorte de recueil pour voir toute l’étendue du travail des artistes sénégalais, principalement des plasticiens», a-t-il dit.
Poursuivant toujours sur les innombrables atouts de l’internet, M. Diop note que «la force de l’internet et du digital fait qu’ils seront toujours présents sur le site, avec une biographie claire et précise de leurs œuvres. On va aussi pouvoir suivre leur actualité, de ce qu’ils ont fait pendant ces derniers temps, leurs expositions. La grande nouveauté, c’est que tous les mois il y aura sur le site l’artiste du mois. On prendra un artiste sénégalais, on va faire sa promotion dans les réseaux sociaux, le marketing digital dont nous maîtrisons les rouages. Ça va permettre de tirer la couverture sur les artistes».
Parti du constat qu’il est très difficile de retrouver aujourd’hui sur le net des artistes sénégalais sous forme de recueil, M. Diop s’est lancé avec son équipe dans la création de cette plateforme qui compte pour le moment une quinzaine d’inscrits : Momar Ndiaye, Séa Diallo, Ibrahima Kébé, Daouda Ndiaye, Ousmane Ndiaye Dago, Mamadou Sadji, Mahmoud Baba Ly, Abdoulaye Amine Kane…
Dans cette galerie en ligne, on retrouvera autant de jeunes artistes que des plasticiens expérimentés avec 20 voire 30 ans de pratique artistique. En partie à l’initiative de cette galerie, le commissaire d’expo et médiateur culturel, Idrissa Diallo, s’est félicité que son idée ait rencontré l’adhésion des artistes qui ont compris le rôle de l’internet dans le domaine des arts. «Tout passe par le digital maintenant. L’avantage d’être dans le virtuel, c’est que la même expo qui est au Sénégal, quelqu’un qui est à New York ou à Paris peut la visiter et même acheter des œuvres qui l’intéressent», a-t-il dit.
Les artistes se sont aussi exprimés sur le sujet. «Nous sommes heureux de nous retrouver dans Expat-Dakar. Le digital est une nouvelle donne qu’on ne peut ignorer si on veut être au diapason. L’avenir, c’est dans cette direction. Aussi nous n’avons pas hésité, connaissant le travail d’Expat», a soutenu Séa Diallo. Et Daouda Ndiaye d’affirmer : «le destin de l’œuvre d’art, c’est d’être présentée en public.» En effet, pour lui, «nous évoluons aujourd’hui dans un monde où le virtuel est incontournable. Les voies classiques pour présenter ces œuvres sont les galeries, les circuits normaux qu’on a connus jusqu’ici. Nous sommes à l’heure de la dématérialisation de nos outils. L’internet, c’est l’un des outils pour aller à la rencontre de ce public. Cette galerie sans mur ni vitrine est l’un des meilleurs moyens de montrer, de promouvoir et de vendre notre art. Et à ce titre, on ne peut pas hésiter. On ne peut pas se permettre d’hésiter à suivre ce mouvement. Ce serait une bêtise que de refuser de suivre cette dynamique», a-t-il souligné, laissant le public dialoguer avec les quinze toiles exposées dans les jardins d’Expat-Dakar. Un petit aperçu de l’expo «Dialogue virtuel» qui se passe dans le périmètre virtuel.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here