PARTAGER

Le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, dans un communiqué, «voudrait apporter les précisions suivantes à la suite de sorties répétées de certains de nos compatriotes expulsés des Etats-Unis d’Amérique au début du mois de mars 2017 et rappelle que la mesure d’expulsion des ressortissants concernés résulte de procédures judiciaires ini­tiées par les autorités américaines à l’égard d’étrangers ayant enfreint les lois du pays d’accueil». Le docume précise par ailleurs qu’«en raison de l’ampleur des entrées illégales de nos compatriotes aux Etats-Unis d’Amérique, le ministère voudrait appeler l’attention sur le fait que la situation reste évolutive et que le Consulat général du Sénégal à New-York traite actuellement une cinquantaine de cas reçus des services de l’immigration américaine après le rapatriement du 5 mars 2017». Concernant ce dernier, l’Etat informe que «pour la plupart d’entre eux, il s’agissait d’infraction d’entrée illégale en territoire américain et ces compatriotes sont passés par les pays de l’Amérique latine pour entrer aux Etats-Unis sans visa et, sur place, se sont présentés comme des réfugiés pour solliciter l’asile politique». De ce fait, le Sénégal renvoie la balle aux juridictions locales : «Après avoir instruit leurs dossiers suivant les procédures légales en vigueur aux Etats-Unis d’Amérique, et n’étant pas convaincus de leurs prétentions, les Tribunaux américains ont décidé souverainement de leur expulsion.» Ce­pendant, il assure que «pour chaque cas, les autorités sénégalaises ont veillé, par l’intermédiaire du Consulat général du Sénégal à New-York, à ce que les droits soient préservés et que la dignité humaine soit respectée et c’est ainsi que le Consulat général du Sénégal a accompli des missions consulaires dans les centres de détention (Krome detention center, Broward county transitional center, Glades detention center) où se trouvaient des Sénégalais pour s’assurer de leurs conditions et effectué des démarches auprès de leur famille pour une prise en charge efficiente de leurs préoccupations».
Au chapitre d’une éventuelle indemnisation, le communiqué indique : «La situation remonte au mois de juin 2016, au mo­ment où des ressortissants ouest-africains, dont une vingtaine de Sénégalais, avaient été transportés à Miami en vue de leur rapatriement vers leurs pays respectifs par vol charter. Mais contrairement à certaines allégations, notre pays n’a ja­mais reçu du gouvernement amé­ricain une quelconque in­demnisation destinée aux rapatriés. Par ailleurs, même si les décisions de justice déjà prononcées ne pouvaient  être remises en cause, le Sénégal avait refusé cette procédure de rapatriement pour préserver la dignité des mis en cause. C’est pourquoi les services de l’immigration américaine avaient sursis à l’exécution de cette procédure en émettant des billets pour un rapatriement par les vols commerciaux qui n’a pu se faire, toutefois, du fait durefus catégorique de beaucoup de compatriotes».

bdavid@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here