PARTAGER

Finalement, la menace sera mise à exécution : 137 Sénégalais vont être expulsés des Etats-Unis. Certains sont déjà arrivés à Dakar. Ils seraient coupables «d’entrée illégale et de séjour irrégulier sur le territoire américain, de trafic et/ou con­som­mation de stupéfiants, de délits financiers et ceux de contrefaçon». Cette décision a été prise par l’Administration Obama.

Ils étaient dans la salle d’embarquement depuis juin : 137 Sénégalais en situation irrégulière aux Usa vont être prochainement expulsés. C’est ce qu’informe un communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Il leur est reproché, entre autres infractions, «l’entrée illégale et de séjour irrégulier sur le territoire américain, le trafic et/ou la consommation de stupéfiants, de délits financiers et ceux de contrefaçon». Ces faits datent de juin 2016, d’après le communiqué. C’est ainsi que le consulat général du Sénégal à New York et l’ambassade ont été saisis pour voir avec l’Administration américaine «les modalités de mise en œuvre de ces mesures dans le strict respect des droits et de la dignité des personnes concernées». A cet effet, note le document : «Onze  personnes ont accepté le rapatriement par vols commerciaux à ce jour. Il a été par conséquent convenu de reconduire les autres par vols charters affrétés par le gouvernent américain.»
Cette affaire, bien qu’écorchant l’image du pays, «n’entame en rien le comportement exemplaire dont la diaspora sénégalaise vivant aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde a toujours fait montre», selon le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Et par conséquent, Mankeur Ndiaye «exhorte nos compatriotes vivant à l’étranger à persévérer, en toute circonstance, dans cette tradition de respect des lois et règlements en vigueur dans leur pays d’accueil, comme gage d’un séjour conforme à leurs aspirations légitimes de migrants travailleurs et paisibles».
Le Quotidien avait dans son édition du 22 juin 2016 révélé qu’en plus des 20 Sénégalais dont l’expulsion était déjà actée, 40 autres étaient sur le point de rejoindre le pays. Mais cette mesure avait été retardée à l’époque par le fait que les autorités américaines voulaient leur faire voyager à bord d’un avion charter, ce que les autorités sénégalaises avaient refusé. Ainsi dans cette édition, on expliquait ce refus du ministère des Affaires étrangères par le fait de vouloir accorder à ces compatriotes «un retour digne en leur permettant de prendre un vol commercial». Il faut aussi rappeler que dans le communiqué qu’il avait publié pour annoncer la première vague d’expulsions, «le ministère des Affaires étrangères avait soutenu qu’il avait donné des instructions à l’ambassade du Sénégal à Washington et le consulat général à New York afin d’assurer la protection et la défense des intérêts de nos compatriotes».
Il faut souligner que durant le mois de juin, le motif soulevé pour justifier l’expulsion des 20 premiers Sénégalais du pays de l’Oncle Sam était un séjour irrégulier. Alors que par la suite quand on a annoncé l’expulsion des 40 autres, on a fait état «de pratiques délictuelles comme le trafic de drogue et de contrefaçon».
Il faut savoir que l’expulsion avait été décidée avant l’arrivée de Donald Trump à la tête des Usa même s’il a décidé de lutter contre l’immigration clandestine en signant plusieurs décrets controversés bloqués par la justice américaine. La semaine dernière, la presse a fait écho de quelques compatriotes dans cette situation. Ce qui avait poussé des Ong à monter au créneau pour réclamer un meilleur traitement, puisque le Sénégal a de bonnes relations avec les Usa. En effet, le pays avait accepté de recevoir deux anciens prisonniers de Guantanamo en 2016.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here