PARTAGER

Au Sénégal doit-t-on continuer à importer certains produits ? L’illustration du monde universitaire par des opérations de fabrication de solutions hydro-alcooliques et de confection de respirateurs artificiels a montré que le Sénégal regorge de ressources humaines de qualité. Après la crise, il faudra penser à implanter des industries dans ce pays, meilleur moyen de lutter contre le chômage et la fuite des cerveaux.

En pleine crise, le génie sénégalais se libère. Car, s’il y a du positif à tirer dans la lutte contre le coronavirus dans notre pays, c’est l’illustration du monde universitaire «par des opérations de fabrication de solutions hydro-alcooliques et la confection de respirateurs artificiels». Avec l’élan de solidarité de tous les secteurs d’activités du pays, il a été montré que le pays dispose de ressources humaines pouvant fabriquer ces produits tant prisés par ces temps qui courent. Dans un communiqué, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation informe avoir «remis officiellement une quantité de 1000 litres de gel antiseptique produit par le laboratoire du département génie chimique et biologie appliquée de l’école supérieure polytechnique de l’Ucad». Dans le document, les services dudit ministère renseignent que «face à son collègue de la Santé, Dr cheikh Oumar Anne a annoncé la fabrication à l’école polytechnique de Thiès d’appareils respiratoires artificiels». Dans le communiqué, les auteurs rapportent que «très satisfait de l’engagement des universités», le ministre de la Santé « a décidé d’accorder une enveloppe de 100 millions à l’Esp pour une plus grande production de gel et d’appareils de distribution du produit pour éviter tout contact physique». Dans ce cadre, ajoute le document, «les deux ministres ont indiqué qu’un observatoire multidisciplinaire sur la pandémie sera officiellement mis en place pour capitaliser toutes les expériences et les recommandations scientifiques». Il est même annoncé «un arrêté interministériel qui sera bientôt paraphé». D’après le communiqué, «déjà six groupes thématiques sont mis en place sous l’égide de la Direction générale de la Recherche et de l’innovation».
Avec cette pandémie, il est également constaté la multiplication des initiatives dans la confection des masques. Sur les réseaux sociaux, des publications se multiplient sur l’expertise locale pour doter le pays de masques. Certains observateurs saluent l’initiative tout en demandant l’homologation de ces produits par les autorités sanitaires pour qu’ils répondent aux normes. Toutefois, après la crise, il faudra réfléchir sur la nécessité d’installer dans notre pays des industries pour la fabrication de tous ces produits. Au moins, l’on sait maintenant que l’importation de certains produits n’est pas due à l’absence de ressources humaines mais celle d’une véritable politique d’industrialisation. Meilleure piste pour lutter contre le chômage et la fuite des cerveaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here