PARTAGER

A l’instar des autres régions du pays, les acteurs de la presse à Matam ont marqué ce mercredi, Journée mondiale de la presse, en conformité avec l’appel de la Coordination des associations de presse (Cap). Regroupés très tôt le matin au niveau de l’ancienne Maison de la presse, les correspondants et les professionnels des radios communautaires ont remis aux environs de 11 heures, un mémorandum au gouverneur de région. Les revendications de la presse locale, qui tournent autour de 5 points, portent sur l’environnement économique, la situation sociale des travailleurs, les menaces sur la stabilité du pays, la gestion de la Maison de la presse et le code de la  presse. C’est Petit Ba, journaliste à Zik Fm, qui a lu le mémorandum évoquant les problèmes que rencontrent ses pairs au niveau régional. Parmi les revendications figurent la réouverture du cyber-presse, un espace qui leur permettait de remonter facilement et très rapidement leurs éléments vers les rédactions centrales.
Lors d’un point de presse tenu à la fin de la marche, les confrères, par la voix de Petit Ba, ont également dénoncé la précarité dans l’exercice de leur fonction, l’absence de matériel, tels des ordinateurs, des dictaphones entre autres, de moyens de transport… Les confrères ont également sollicité l’aide à la presse qu’ils n’ont pas reçue depuis l’avènement au pouvoir du Président Macky Sall. Sur place, le coordonnateur du mouvement, Pape Moctar  Ndiaye, a aussi fait état d’un certain nombre de difficultés que rencontrent les journalistes. L’autorité administrative, en l’occurrence l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives, a promis de soumettre le document à qui de droit. Avant d’annoncer la tenue imminente d’une rencontre de partage avec la presse régionale.

 d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here