PARTAGER

Le maire socialiste de la Médina et ses camarades ont passé une deu­xième nuit au commissariat central de Dakar. Après avoir fait face au procureur hier, ils se­ront devant le juge d’instruction qui va leur servir, selon Me Aïssata Tall Sall, une inculpation.

Si on en croit Me Aïssata Tall Sall, le maire de la Médina et ses camarades n’échapperont pas à une inculpation. «Demain, nous reviendrons pour l’inculpation de nos clients», a-t-elle dit après le 2e retour de Parquet de ses clients. Ces Socialistes qui ont passé leur deuxième nuit consécutive au commissariat central de Dakar feront face au doyen des juges Samba Sall aujourd’hui. En effet, l’article 101 du Code de procédure pénale, renseigne l’avocate, stipule que «l’inculpation peut être renvoyée s’il y a des raisons suffisantes». Et pour une bonne organisation, les avocats de la défense doivent prendre connai­s­sance du dossier. Me Sall, membre aussi du Parti socialiste, s’empresse de préciser que ce dossier est «une longue bataille qui s’ouvre» et souligne que Bamba Fall et ses autres camarades poursuivis ont décidé de mener le combat jusqu’au bout pour remporter la victoire finale. «Il n’y a absolument rien dans ce dossier», martèle-t-elle, assurant que ses clients «sont très forts parce qu’ils savent qu’ils sont sur le terrain politique». «On ne leur a pas reproché d’être des gangsters ; on ne leur a pas reproché d’avoir cassé une banque ; on ne leur a pas reproché d’avoir agressé et tué quelqu’un. On leur a reproché une attitude de militants dans la Maison du parti (socialiste), c’est-à-dire leur maison à eux. Mais plus que jamais, ils sont forts ; plus que jamais ils sont déterminés, plus que jamais, ils comprennent les enjeux et ils sont là pour relever tous les défis», a dit Aïssata Tall Sall.
Les Socialistes ont eu droit à un soutien de taille hier. Il s’agit du porte-parole du Pds. «Nous avons l’obligation de solidarité, particulièrement à l’égard du  maire de Dakar visé par cette agression de l’Etat du Sénégal», a dit Babacar Gaye, qui décline les raisons de sa présence au Palais de justice : «Je suis venu au Tribunal pour apporter mon soutien à des démocrates qui souffrent de la violence d’un Etat qui continue à instrumentaliser les services de l’Administration judiciaire afin de régler des questions politiques, surtout des questions qui sont internes à des partis politiques.»
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here