PARTAGER

Le directeur exécutif de Manchester City, Ferran Soriano, a assuré mercredi, sur le site internet du club, que les accusations de violation du fair-play financier contre son club, privé de Coupe d’Europe pour deux ans, n’étaient «tout simplement pas vraies», dénonçant une démarche davantage «politique» que judiciaire. Mettant en cause l’objectivité de la Commission de contrôle financier des clubs, le président de Manchester City a affirmé que, dans cette procédure, «le problème semble être moins la justice et davantage la politique».
City était notamment accusé d’avoir gonflé des revenus tirés de contrats de sponsoring artificiellement pour masquer des injections d’argent par le propriétaire, le Cheikh Mansour bin Zayed al-Nahyan, pour éviter un trop grand déséquilibre des comptes entre 2012 et 2016.

City espère une résolution du conflit avant le début de l’été
Une manipulation qui avait été dévoilée par le journal allemand Der Spiegel en se basant sur des courriers électroniques internes révélés dans le cadre de la fuite massive de documents Football Leaks. «Le propriétaire n’a pas injecté d’argent qui aurait été déclaré irrégulièrement», a pourtant assuré Ferran Soriano. Le dirigeant espagnol a aussi défendu le ton presque arrogant du communiqué publié vendredi par le club pour annoncer son intention de faire appel. «Nous avons coopéré en fournissant de nombreux documents prouvant de façon irréfutable que ces accusations ne sont pas vraies […] mais au bout du compte, la commission s’appuie plus sur des e-mails volés et hors contexte», a-t-il jugé. Manchester City, qui doit prochainement déposer son appel devant le Tribunal arbitral du sport, espère une résolution de ce conflit «avant le début de l’été», a ajouté M. Soriano.
Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here