PARTAGER

2018, une année politiquement feutrée parce que préélectorale. Et l’on pourrait dire qu’il n’y a pas d’homme de l’année cette fois-ci, mais de loi de l’année : le parrainage. Puisqu’en réalité, tout le processus électoral menant à la Présidentielle du 24 février tourne autour de ce système qui a fait débat et dégâts dans le milieu politique. Débat pour avoir provoqué un 19 avril annoncé chaud comme un 23 juin, mais qui n’en était pas un. Dégâts parce que sur une centaine de prétendants, cette campagne fastidieuse en a dissuadé plus de la majorité. Et encore que la vingtaine de candidats qui a déposé devrait se rétrécir après la publication définitive par le Conseil constitutionnel. Bien sûr que d’autres candidats déclarés comme Karim Wade et Khalifa Sall seront jugés sur pièces par d’autres pièces comme le casier judiciaire et autres. Ce sera seulement en 2019 que l’on saura qui affrontera Macky Sall. Il y a aussi les faits marquants dans les domaines économique comme le financement de la Phase 2 du Pse, social comme le mouvement d’humeur d’And gueusseum, culturel comme l’inauguration du Musée des civilisations noires et la nomination de «Félicité» de Alain Gomis aux Oscars, sportif comme la participation du Sénégal à la Coupe du monde de Russie, la perte de personnalités comme Bruno Diatta, Sidy Lamine Niass… Bref, puisque nous sommes sur le parrainage, Le Quotidien a collecté… 2019 signatures pour 2018.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here