PARTAGER

Bien placé pour représenter seul l’Afrique au second tour du Mondial russe, le Sénégal ne s’est pas qualifié pour les 8es de finale. La faute à la Colombie qui a bien joué le coup après avoir souffert en première période. Mais la faute aussi à l’arbitre serbe qui a refusé aux Lions un penalty pourtant valable. Servi à la 17e minute de jeu par Diao Baldé en plein axe, Sadio Mané est fauché au moment d’armer son tir. L’arbitre désigne le point de penalty sans hésiter avant d’être rappelé par les assistants vidéo de la Var. Finalement, le juge serbe va revenir inexplicablement sur sa décision et annule la sentence. Pourtant, sur les images du ralenti, on voit bien que le défenseur central colombien, Davinson Sanchez, est bien en retard et qu’il y a contact. On venait d’assister au tournant du match pour une équipe qui n’avait besoin que d’un nul et qui se voit «voler» l’occasion de prendre l’avantage durant les 20 premières minutes. Et ce fait de jeu nous rappelle aussi ce penalty refusé au Nigeria pour une faute de main flagrante du défenseur argentin, Marcos Rojo, avec à l’arrivée une équipe des Super Eagles qui rentre à la maison après avoir baissé pavillon (1-2) devant la bande à Leo Messi.
D’ailleurs à la fin du match, le capitaine nigérian John Obi Mikel a révélé avoir discuté avec l’arbitre lors de la phase litigieuse de la 76ème. Le défenseur Marcos Rojo a touché le ballon de la main. «Je ne comprends pas comment un penalty n’a pas pu être sifflé (sur la faute de main de Rojos). Pour moi, c’était clairement une faute de main. Lorsqu’il a regardé la vidéo de la Var, je lui ai demandé si le ballon avait touché la main, il m’a répondu oui. Je lui ai demandé pourquoi il n’y avait donc pas penalty ? Il m’a dit qu’il ne savait pas (?).» Sans commentaire !
Après cette sortie du Sénégal, c’est toute l’Afrique qui est punie avec tous ses représentants éliminés dès le premier tour. Le Maroc, de l’Egypte et la Tunisie ayant aussi pris la porte un peu plus tôt.
Du coup, il n’y aura plus de représentant africain dans cette 21e édition de la Coupe du monde. Pour trouver trace d’une telle contre-performance dès le premier tour, il faut remonter 36 ans en arrière, au Mondial 1982.
En effet, depuis l’édition suivante, en 1986, il y a toujours eu au moins une sélection du continent qui est parvenue à s’extirper du premier tour : le Maroc en 1986, le Cameroun en 1990, le Nigeria en 1994, le Nigeria à nouveau en 1998, le Sénégal en 2002, le Ghana en 2006, encore le Ghana en 2010, puis l’Algérie et le Nigeria 2014. Et pour cette édition 2018, la Var est passée par là…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here