PARTAGER

Agé de 11 ans seulement, le jeune Mohamad Mactar Niang a été sacré, samedi dernier, lauréat de la 5e édition du concours régional de récital du Coran face à neuf autres concurrents.

Mohamad Mactar Niang, représentant le département de Fatick, s’est adjugé le trophée de la 5e édition de la finale régionale de récital du Coran le samedi 12 janvier 2019. Makhtar Dieng de Foundiougne et Mame Thierno Dia de Gossas ont remporté res­pectivement les 2e et 3e prix. Ces trois lauréats, qui ont été gratifiés de nombreuses récompenses, auront la lourde responsabilité de représenter la région de Fatick à la finale nationale de récital du saint Coran le 19 mai prochain.
Cette finale, organisée par l’antenne régionale de la Fédération nationale des associations coraniques du Sénégal, était parrainée par feu imam El Hadj Yéry Niang, père du directeur général de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp), Dr Papa Khaly Niang. Lequel, au nom de sa famille, s’est dit très honoré par le choix porté sur son défunt père. «C’est une journée très enrichissante pour nous. La prestation des jeunes me fait penser à mon père qui était très proche des enfants. Il avait l’habitude de les récompenser d’une façon ou d’une autre parce qu’il aimait le Coran. Toute sa vie, il l’a consacrée au Coran et aux personnes démunies. Et je sais que là où il est, il doit être très heureux de savoir que Fatick s’est aujourd’hui réunie autour de cette problématique du Coran», a-t-il témoigné. S’exprimant avec un brin d’émotion, M. Niang a par ailleurs laissé entendre que «si on veut avoir un pays émergent, il faut installer l’islam dans le cœur des personnes dans la mesure où cette religion donne des directions de paix et de stabilité», a-t-il soutenu. Le coordonnateur national du Grand prix de récital du Coran s’est, pour sa part, beaucoup félicité des performances réalisées cette année par la région de Fatick, comparativement aux années précédentes. «La moyenne à Fatick est au-dessus même de la moyenne mondiale», fera remarquer Ousmane Ndiaye. Selon qui ce concours a sensiblement amélioré l’enseignement coranique dans la région de Fatick.
Cette cérémonie, présidée par Sahit Fall, adjoint au gouverneur en charge des Affaires administratives, était rehaussée par la présence de Serigne Moustapha Sy, ibn Serigne Maodo, qui a dit avoir fait le déplacement pour conforter les relations d’amitié que le parrain entretenait avec son grand-père, Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh. Non sans saluer les qualités de Tafsir Yéry Niang, peint par les différents orateurs comme un érudit de l’islam, mais aussi un homme très humble et très proche des personnes les plus démunies.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here