PARTAGER

La campagne pour les prochaines élections locales a déjà démarré dans la commune de Patar Sine avant l’heure. Et elle s’annonce épique entre le maire sortant, Aliou Diallo, et un de ses challengers, Adama Diouf. Ce dernier n’a pas caché son ambition de succéder à celui qui a dirigé le Conseil rural de Patar Sine de 2009 à 2014 avant de devenir le premier maire de cette localité du département de Fatick depuis 2014. Pour ce jeune inspecteur du travail et de la sécurité sociale, âgé seulement de 35 ans, «le vent de l’alternance générationnelle a fini de souffler sur Patar Sine». C’est la raison pour laquelle il veut profiter de ce contexte qui lui est «favorable» pour envoyer son aîné à la retraite politique. A l’endroit de ceux qui lui reprochent son «manque d’expérience», le jeune Socialiste répond : «C’est avec notre inexpérience que nous comptons gérer la commune de Patar Sine, mais en impliquant toutes les forces vives de notre terroir.» A la tête d’une coalition paradoxale, parce que composée du Benno bokk yaakaar (Bby) traditionnel et de partis d’opposition comme le Pastef de Ousmane Sonko et des militants de Bougane Guèye Dani, entre autres, Adama Diouf a décliné sa vision d’un Patar Sine «meilleur» et qui repose sur quatre axes fondamentaux. Il s’agit de la gestion participative et inclusive des affaires publiques, du renforcement de la collaboration avec les partenaires techniques et financiers, de l’autonomisation des femmes et des jeunes et de la vulgarisation des actions de l’Etat auprès des populations.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here