PARTAGER

Les attaques répétées de Barthélemy Dias contre le secrétaire général du Parti socialiste (Ps) ne sont pas du goût du secrétaire politique de la coordination départementale à Fatick. Prenant la défense de Ousmane Tanor Dieng samedi dernier, en marge de la finale de la Zone 3 de Diakhao Sine dont il était le parrain, Mamadou Mbodj Diouf n’a pas raté son ancien compagnon de lutte. «Barthélemy Dias, nous l’avons pratiqué, nous le connaissons très bien (Ndlr : il fut son adjoint à la tête du Mouvement national des jeunesses socialistes). Il a été député et après avoir terminé son mandat, il savait qu’il n’avait plus de chance d’être encore député sous la bannière du Ps. Il a tout fait pour rejoindre la coalition Manko taxawu Senegaal dans l’espoir qu’ils pouvaient remporter haut la main les Législatives à Dakar, malheureusement pour eux. Actuellement, c’est un homme aux abois qui est à la recherche de sa dépense quotidienne et c’est pourquoi il fait la cour à Khalifa Sall et ses proches», fulmine-t-il. Mais M. Diouf dit ne pas être surpris par les «insultes» que Dias-fils profère à l’endroit du non moins maire de Nguéniène parce que, dit-il, «c’est sa seule méthode».
Le secrétaire à la communication de l’Union régionale socialiste de Fatick souligne que «Ous­mane Tanor Dieng s’est déjà préparé à ces attaques qui ne peuvent nullement l’ébranler».
Revenant sur la proposition du Secrétariat exécutif national (Sen) d’exclure les dissidents de ses rangs, Mamadou Mbodj Diouf pense qu’il n’est plus approprié de parler d’«exclusion» dans la mesure où les concernés se sont «auto-exclus». «Il ne s’agit plus de procéder à une exclusion, mais de constater un fait, c’est-à-dire l’auto-exclusion de Khalifa Sall, Bamba Fall, Barthélemy Dias, Idrissa Diallo, Aïssata Tall Sall et Cie», précise-t-il.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here