PARTAGER

La célébration de la Journée mondiale de lutte contre l’hépatite a été marquée jeudi dernier à Fatick par le lancement d’une campagne nationale de sensibilisation et de dépistage du personnel de santé. A cet effet, le médecin-chef de région de Fatick, Dr Habib Ndiaye, a révélé que, concernant le dépistage, ce sont quelque 1325 agents de santé qui sont ciblés à travers la région.

Dans le cadre de la riposte nationale contre les hépatites, les autorités médicales de la région de Fatick ambitionnent, cette année, de dépister quelque 1325 agents de santé au niveau régional. Le médecin-chef de région qui en a fait la révélation, hier dans la capitale du Sine, à l’occasion du lancement de la campagne nationale de sensibilisation et de dépistage du personnel de santé, espère qu’au moins 80% de cette cible seront atteints. A en croire Dr Habib Ndiaye, le choix de cette cible est lié au fait que le personnel de santé est très exposé à l’infection de l’hépatite compte tenu de l’environnement de soins mais également des outils et du matériel utilisés dans les prestations de soins.
Relativement à la prise en charge des patients, Dr Ndiaye a fait savoir qu’à Fatick, région-pilote dans la lutte contre les hépatites B et C, un dispositif a déjà été mis en place avec la formation d’une soixantaine d’agents de santé et l’existence d’un Comité régional technique médical chargé de suivre et de coordonner cette prise en charge.
Cependant, la disponibilité de statistiques récentes et fiables par rapport à la prévalence de la maladie au niveau régional semble faire défaut. C’est pourquoi le médecin-chef de région veut, à partir de cette journée de lancement, faire du dépistage une activité de routine dans les différentes structures de santé de la région. Ce qui, selon lui, permettra de disposer régulièrement de données exhaustives et fiables sur la prévalence de l’hépatite dans la région de Fatick.
A noter que cette campagne nationale de sensibilisation et de dépistage entre dans le cadre de la stratégie qui est en train d’être mise en œuvre par le Programme national de lutte contre les hépatites (Pnlh). Lequel vise, entre autres, à faire en sorte que tout le personnel de santé connaisse son statut d’ici à la fin de l’année 2020 et que 100% des personnes à haut risque et 30% de la population générale soient diagnostiquées à l’horizon 2030.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here