PARTAGER

Lors de la dernière Prési­dentielle, le candidat Ousmane Sonko est arrivé 2e dans la région de Fatick en obtenant 19 mille 290 voix soit 9,40% des 205 mille 012 suffrages valablement exprimés, juste derrière Macky Sall qui s’est adjugé 163 mille 545 voix soit 79,77%. Aujourd’hui, dopés par ces résultats plus qu’honorables, les Patriotes rêvent de conquérir les différentes collectivités territoriales du département, voire de la région de Fatick, lors des prochaines élections Locales.
C’est ce qu’a fait savoir le coordonnateur de Pastef dans le département de Fatick, dimanche dernier à l’occasion de leur réunion de coordination. «Nous nous sommes réunis aujourd’hui à Fatick en réunion de coordination du bureau départemental pour voir comment massifier davantage notre parti au niveau du département de Fatick d’abord, ensuite au niveau de toute la région où notre candidat, Ousmane Sonko, est arrivé deuxième lors de la Présidentielle de février dernier», a informé Boucar Diouf. Qui ajoute : «Pastef est certes un jeune parti, mais il a su se faire respecter lors des dernières échéances électorales. Et pour les prochaines élections locales, nous comptons nous présenter dans toutes les collectivités territoriales de la région de Fatick.» M. Diouf s’est toutefois gardé de se prononcer sur la question relative à l’élection des maires et des présidents de conseil départemental au suffrage universel direct. Sous prétexte que son parti n’a pas encore donné son opinion là-dessus.
En revanche, le chef de file des Patriotes dans le département de Fatick s’est empressé de déplorer «les maigres moyens» déployés par le gouvernement pour assister les populations victimes des inondations. Pour lui, «au lieu de dilapider les ressources financières de l’Etat, il faudrait plutôt les mettre au service des populations». Et craignant de mauvaises récoltes, eu égard au démarrage tardif de l’hivernage, Boucar Diouf a suggéré que des moyens conséquents soient prévus par le gouvernement, en vue d’assister les populations rurales qui risquent prochainement d’être confrontées à une grande insécurité alimentaire.
Par ailleurs, M. Diouf n’a pas manqué de dénoncer la situation «catastrophique» dans laquelle se trouve actuellement la capitale du Sine où, selon lui, habitent pourtant le président de la République, le ministre en charge du Suivi du Plan Sénégal émergent (Pse), le ministre des Sports, entre autres…
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here