PARTAGER

Le chavirement d’une pirogue à Faoye, un village de la commune de Djilas situé dans le département de Fatick, a provoqué la mort de 6 personnes. Alors qu’elles accompagnaient une dépouille mortelle transportée par une autre pirogue. Quelle tristesse !

Alors que l’on n’a pas encore fini de pleurer les 21 femmes qui ont péri à Bettenty le 24 avril dernier, un autre chavirement de pirogue vient d’occasionner la mort de six personnes dont trois femmes, un homme et deux enfants âgés d’environ deux ans. Le drame est survenu le samedi dernier vers 21 h à Faoye, un village de la commune de Djilas dans le département de Fatick. Le chef de village de Faoye que Le Quotidien a joint par téléphone revient sur les circonstances de la survenue de ce drame : «Le samedi dernier vers 21 heures, des personnes venant de Dakar et transportant une dépouille mortelle ont débarqué à la plage de Faoye. Pour rallier le village de Sakhor (Ndlr: une île située dans la commune de Loul-Séssène), les gens ont embarqué à bord de deux pirogues. L’une avait à son bord le corps du défunt et quelques personnes. Les autres passagers, majoritairement des femmes, étaient dans l’autre pirogue et c’est cette dernière qui, au bout d’une dizaine de mètres de traversée, a chaviré», a renseigné le Major Mamadou Faye. Lequel de poursuivre : «Au courant de la nuit, les recherches ont permis de retrouver les corps sans vie de deux enfants âgés de moins de deux ans et dix-neuf femmes rescapées. Ce matin (hier), à partir de 6 heures, les populations se sont encore mobilisées et avec leurs pirogues et leurs filets, elles sont parvenues à repêcher les corps sans vie d’un homme et de trois femmes. Lesquels ont été par la suite acheminés à Fatick par les sapeurs-pompiers», a expliqué le vice-président de la Fédé­ration nationale des chefs de village. Cet énième chavirement a été causé par le non-respect des normes sécuritaires en mer puisque non seulement les passagers ne portaient pas de gilets de sauvetage mais en plus, cette pirogue, d’une capacité de dix personnes seulement, en contenait vingt-cinq. Le ministre Oumar Guèye, qui s’est rendu hier dans l’après-midi à Faoye, pour consoler les familles des victimes de cette tragédie, a insisté sur la nécessité de respecter les normes de sécurité no­tamment le port de gilets et d’abolir la surcharge des pirogues. Il a remis en outre à chaque famille un million de francs Cfa. Profitant de sa présence, les populations ont demandé au ministre d’accorder sa clémence au conducteur de la pirogue en garde à vue à la brigade de Fimela.
dnong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here