PARTAGER

Munication, Mbagnick Ndiaye a procédé, dimanche dernier, à l’inauguration de la nouvelle gare routière de Niakhar, dans le département de Fatick, d’une valeur de 45 millions de francs Cfa.
Par Dioumacor NDONG
Correspondant

La commune de Niakhar vient de se doter d’une nouvelle gare routière d’une valeur de 45 millions de francs Cfa. En procédant à l’inauguration de cette infrastructure le dimanche 03 avril 2017 en compagnie du ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick Ndiaye, l’édile de Niakhar, Macodou Sène a eu du mal à cacher sa satisfaction. En ce sens que, selon lui, cela va mettre fin à l’occupation anarchique du centre ville où se trouve l’actuelle gare routière. Mais le problème est que les chauffeurs ou en tout cas une bonne partie d’entre eux, ne semblent pas encore disposés à rejoindre cette nouvelle gare routière. Pour les convaincre, le maire a, au cours de son allocution, fait savoir que les conditions minimales sont réunies pour un déménagement. Dans le même ordre d’idées, Mbagnick Ndiaye a invité le président du regroupement des chauffeurs de Niakhar, Mbaye Sène (absent de la cérémonie) et son groupe, à accepter de rejoindre la nouvelle gare routière et s’est dit prêt à les rencontrer dans les meilleurs délais pour qu’ils trouvent ensemble un terrain d’entente, dans l’intérêt de Niakhar. «Pour développer Niakhar, il faudrait que les gens acceptent de faire des changements radicaux. Vous avez vu que lorsqu’on a voulu déménager la gare routière de Fatick, ou celle de Pompiers, il y a eu beaucoup de bruit, mais au bout du compte, les gens sont parvenus à se retrouver autour de l’essentiel», a essayé de convaincre le ministre Mbagnick Ndiaye, par ailleurs, maire de Ngayokhème venu en sapeur pompier.
Pour sa part, Mbaye Sène que Le Quotidien a joint par téléphone a réfuté la thèse selon laquelle, ils refusent de rejoindre la nouvelle gare routière. «Nous avions demandé au maire d’agrandir l’espace destiné au stationnement des véhicules. Sur ce, il a mis en place une commission et de notre côté, nous avons aussi mis en place une commission pour statuer sur la question. Par la suite, on ne nous a rien dit jusqu’au jour où nous avons entendu parler de l’inauguration. C’est pour quoi mes mandants m’ont déconseillé de prendre part à cette cérémonie», a soutenu M. Sène. Avant d’ajouter : «Nous sommes disposés à rencontrer le ministre Mbagnick Ndiaye pour trouver une solution. Il ne faut pas que les gens essaient de nous mettre en mal avec les populations. Nous sommes les plus pressés pour rejoindre la nouvelle gare routière, mais il y a des préalables qu’il faut régler», a déclaré le responsable des chauffeurs de Niakhar.
Après l’inauguration de la nouvelle gare routière, c’était le tour de la place publique rénovée et baptisée du nom de Dibocor Coumba Faye Diouf, premier Président de la communauté rurale (Pcr) de Niakhar de 1976 à 1986. Un homme dont le maire a loué les qualités «exceptionnelles» non sans le donner en exemple aux jeunes. L’occasion a également, été saisie pour honorer tous les successeurs de Dibocor Diouf. Par ailleurs, Macodou Sène a laissé entendre que le Conseil municipal va se donner les moyens pour que toutes les institutions publiques de Niakhar puissent désormais porter le nom de fils du terroir.
dndong@lequotidien.sn