PARTAGER

De Fatick où il a séjourné hier, le ministre des Sports, Matar Ba, a joint sa voix au concert d’indignations consécutif aux injures racistes dont a été victime l’international sénégalais, Kalidou Koulibaly, mercredi dernier lors du match Inter-Naples.

«Inacceptable !» C’est ainsi que le ministre des Sports, Matar Ba, a qualifié hier à Fatick les propos racistes tenus par des supporters italiens à l’endroit de Kalidou Koulibaly, mercredi dernier lors d’un match de Serie A, opposant l’Inter de Milan à Naples. «Ces propos racistes indignent tout Africain et tout homme qui comprend qu’en réalité la couleur de la peau n’est pas une différence. On ne peut pas se permettre au 21e siècle que des supporters lancent des cris de singe, des cris racistes dans un stade parce que tout simplement il y a un jouer de teint noir qui joue», s’est insurgé le patron du sport sénégalais en marge du vote du budget de la commune de Fatick dont il est par ailleurs le maire.
Tout en se félicitant du soutien apporté au défenseur de Naples par le Peuple africain et les sportifs comme Cristiano Ronaldo, entre autres, Matar Ba se dit convaincu que ces attaques racistes ne pourront nullement ébranler l’international sénégalais. Et d’un ton très amer, il ajoutera que la violence encore moins le racisme n’ont pas leur place dans un stade de football. «Ce racisme que nous ne cesserons de dénoncer n’empêchera pas les Africains d’aller en Europe pour y poursuivre leur carrière parce que tout simplement il y a des gens racistes ou xénophobes là-bas. Le monde est devenu un village planétaire ; donc autant les Européens viendront en Afrique autant nous séjournerons chez eux», a martelé le ministre qui promet dans les prochains jours de joindre Kalidou Koulibaly, dont il a salué «l’immense» talent, pour lui témoigner sa solidarité.
Sur un autre registre, le ministre des Sports s’est également prononcé sur la délocalisation du combat de lutte qui doit prochainement opposer Balla Gaye 2 à Modou Lô. A en croire Matar Ba, la délocalisation de ce combat de l’Arène nationale vers le stade Léopold Sédar Senghor résulte de la volonté des organisateurs qui estiment que l’Arène nationale, avec ses 20 mille places, ne pourra pas contenir toute la foule que ce combat va drainer.
On peut dire que cette demande de délocalisation tombe à pic pour le ministre qui a fait savoir qu’il n’était pas préférable qu’un aussi grand combat serve de test pour l’Arène nationale qui est une nouvelle infrastructure et dont la gestion a besoin d’être mieux affinée. «Je pense que pour mieux maîtriser l’infrastructure, il y a lieu de commencer par y organiser de petits combats pour davantage la protéger», a-t-il soutenu.
Par rapport au statut de l’Arène nationale, Matar Ba a laissé entendre qu’il voudrait faire de ce joyau un établissement public à caractère commercial et non un simple stade. Les structures de gestion qui ne tarderont pas à être mises en place s’attelleront certainement à concrétiser cette volonté ministérielle.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here