PARTAGER

Pour la énième fois en cette période de l’année scolaire, les potaches du Lycée Coumba Ndoffène Diouf de Fatick ont encore boudé les salles de classe, sans doute pour anticiper les vacances de Noël. En effet hier, pour réclamer la réfection des toilettes, des tableaux et des laboratoires, entre autres, ils ont décrété au terme de leur Assemblée générale un mot d’ordre de grève de 48 heures renouvelables. Mais cette fois-ci, ce mouvement d’humeur risque de ne pas faire long feu puisque l’administration dudit établissement est décidée à l’étouffer. «Les élèves viennent de décréter un mot d’ordre de grève de 48 heures sans nous avoir soumis au préalable une plateforme revendicative. Après leur Ag, ils n’ont même pas daigné venir rencontrer l’administration», semble regretter le tout nouveau proviseur Mamadou Ndiaye. Sur un ton qui frise la colère, il renchérit : «Mais nous ne nous laisserons pas faire, car nous ferons tout pour que ce mouvement ne perdure pas. D’ailleurs, nous avons identifié deux élèves parmi ceux qui dirigent le mouvement et nous avons convoqué leurs parents avant de faire quoi que ce soit», menace-t-il.
Par rapport aux revendications des élèves, M. Ndiaye déclare ne pas être resté les bras croisés. «Il y a de cela trois jours seulement, nous avons réfectionné les toilettes à hauteur de plus de 230 mille francs. Pour les tableaux aussi, il y en a sept qui ont été réfectionnés il y a de cela deux jours seulement. Ce qui fait qu’au moment où je vous parle, tous les tableaux du lycée sont praticables», renseigne-t-il. Avant d’avouer que l’établissement ne dispose pas de moyens suffisants pour la réfection des laboratoires. Aussi a-t-il lancé un appel à l’endroit des fils et filles de Fatick et notamment des anciens élèves pour qu’ils apportent leur soutien à cet établissement afin de lui permettre de retrouver son lustre d’antan.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here