PARTAGER

En vue de mieux prendre en charge les consommateurs de drogues dans notre pays, l’Alliance nationale des communautés pour la santé (Ancs) préconise la création dans chaque région, voire dans chaque département, d’un centre de prise en charge des addictions à l’image de ce qui a été fait à Dakar et à Mbour. C’est ce qu’a fait savoir le chargé de projet à l’Ancs, Ousseynou Badio, qui s’exprimait hier à Fatick lors d’un atelier départemental de partage avec les différents autorités et leaders communautaires sur le Programme de réduction des risques auprès des consommateurs de drogues injectables. Selon M. Badio, ce programme vise à appuyer les consommateurs de drogues dans une promotion de la résilience. Autrement dit, à les amener à se donner les moyens de pouvoir surmonter les obstacles que pose la problématique de la drogue, mais également de pouvoir éviter les méfaits qu’engendre ce fléau. «Nous sommes venus discuter avec les autorités pour leur faire comprendre l’urgence qu’il y a à développer des programmes de prise en charge de ces personnes qui consomment la drogue parce que la place de ces gens-là n’est pas forcément la prison et que la répression à elle seule ne suffit pas. Il faudrait aussi que ces personnes puissent accéder à des soins de qualité», a indiqué M. Badio. Lequel s’est toutefois voulu très prudent par rapport à des statistiques sur le nombre de personnes qui s’adonnent à la consommation de drogues dans la région de Fatick. «Il y a une étude qui a été récemment menée au Sénégal sur l’estimation du nombre de consommateurs de drogues. Cette étude, dans des délais très proches, va peut-être révéler ses secrets, mais présentement nous ne sommes pas en mesure de partager des données concernant le nombre de consommateurs de drogues dans la région de Fatick», a-t-il consenti à dire.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here