PARTAGER

La clôture de la 44e Semaine nationale de l’alphabétisation dans la commune de Patar Sine, samedi dernier, a été l’occasion pour le maire de faire un fort plaidoyer en faveur d’une augmentation du nombre de classes d’alphabétisation. Selon Aliou Diallo, l’augmentation de ces classes d’alphabétisation qui, à Patar Sine, sont actuellement au nombre de 5 sur 53 au niveau régional, est d’une importance capitale dans la mesure cela participe au renforcement de l’autonomisation des femmes de la localité. «Les classes d’alphabétisation sont très utiles à la population, notamment pour les femmes, parce qu’elles contribuent à leur autonomisation. C’est pourquoi nous avons demandé leur augmentation, pas à Patar Sine seulement, mais dans toutes les communes du département de Fatick», a plaidé M. Diallo. Qui regrette le retard de l’Afrique du fait, entre autres, que nous apprenons à travers des langues étrangères. Ainsi, se référant au Pr Cheikh Anta Diop, il ajoutera que «le mal de l’Afrique est que nous avons été obligés d’apprendre dans la langue du colonisateur. Et je pense que, comme l’a dit Cheikh Anta Diop, il aurait été plus facile pour nous d’accéder à la connaissance et ainsi développer notre continent, si nous avions appris à travers nos langues nationales comme le font les Français, les Allemands, les Italiens ou les Japonais», a-t-il préconisé. En écho, l’inspecteur d’Académie de Fatick, Mamadou Niang, a promis à son tour de faire le plaidoyer nécessaire au niveau du ministère de l’Education nationale pour satisfaire la demande de l’édile de Patar Sine dont il a, par ailleurs, salué les immenses efforts consentis dans le domaine de l’éducation. Cela à travers la construction de salles de classe, de murs de clôture, le soutien aux commissions d’examen, la récompense des meilleurs élèves et enseignants de la localité, entre autres.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here