PARTAGER

C’est plutôt une très bonne nouvelle pour les transporteurs et autres usagers de la gare routière de Fatick. En effet, jeudi dernier, lors de la réunion qu’il a consacrée au vote du Compte administratif de l’année 2019, le Conseil municipal de Fatick a décidé de dégager une enveloppe de 70 millions de francs Cfa pour la réhabilitation de ladite gare routière qui, dernièrement, était devenue impraticable du fait des eaux pluviales. Ce qui, du coup, avait amené les transporteurs à squatter pendant un certain moment une partie du Boulevard Macky Sall.
Selon le maire Matar Ba, cette autorisation spéciale de dépense a été possible grâce au fonds d’équipement des collectivités territoriales dont la municipalité de Fatick a bénéficié dans le cadre du Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen). Cependant, a précisé l’édile de la capitale du Sine, cette réhabilitation n’est qu’une solution transitoire. «La population de Fatick augmente et cette gare routière va devenir très exiguë pour pouvoir régler le problème du transport dans la commune. C’est pourquoi nous sommes en train de travailler avec le ministre des Transports, mon ami Oumar Youm, sur la conception d’une autre gare routière», a renseigné Matar Ba. Qui envisage déjà de faire jouer la carte de l’intercommunalité avec les communes voisines de Diouroup et de Niakhar au cas où Fatick ne disposerait plus de suffisamment d’assiette foncière pour pouvoir abriter cette nouvelle gare routière.
Par ailleurs, Matar Ba a fait savoir qu’avec ces fonds du Pacasen, d’un montant global de 133 millions de francs Cfa, 30 millions seront destinés à l’extension du réseau électrique de la commune. Trente autres millions vont servir à construire des maternités au niveau des postes de santé de Darou-Saloum et Ndouck. Enfin, les 3 millions qui restent seront utilisés pour la réhabilitation d’une salle de classe à l’école élémentaire Salif Ba.
Sur un autre registre, le maire s’est fait le plaisir d’informer le Conseil municipal par rapport au choix qui a récemment été porté sur Fatick par l’Unesco pour faire partie du cercle des villes apprenantes en même temps que la ville de Guédiawaye. Un choix qui pourrait grandement profiter à la cité de Mame Mindiss, selon Matar Ba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here