PARTAGER

Le temps où certains enseignants pouvaient encore faire cavaliers seuls à propos de leurs enseignements et évaluations devrait être révolu dans l’académie de Fatick à partir de cette année avec le lancement officiel hier des Progressions harmonisées et des évaluations standardisées (Phares).

Pour la présente année scolaire, la mise en œuvre des Progressions harmonisées et des évaluations standardisées (Phares) doit être systématique dans l’académie de Fatick. Du moins, c’est la volonté exprimée hier par l’inspecteur d’académie, Papa Gorgui Ndiaye, qui présidait au Centre régional de formation de personnels de l’éducation (Crfpe) l’amphi de rentrée des coordonnateurs de cellule mixte de la région et dont les objectifs principaux sont, entre autres, le partage sur les textes réglementaires régissant les cellules pédagogiques, mais aussi l’appropriation des progressions harmonisées et le dispositif mis en place pour les évaluations standardisées.
Revenant sur l’importance de ces Phares, l’autorité académique a laissé entendre qu’elles permettent de casser l’isolement de l’enseignant, facilitent l’appropriation du programme, mais également de mutualiser les bonnes pratiques, de rendre l’évaluation plus objective, d’identifier à temps les difficultés et de mettre en place un dispositif de remédiation.
Dans le même ordre d’idées, M. Ndiaye a rappelé que parmi les sept ambitions issues du séminaire de la rentrée des classes de cette année, la deuxième par ordre de priorité, après la pacification de l’espace scolaire, porte sur l’intensification du pilotage pédagogique qui doit se matérialiser par la systématisation du fonctionnement des cellules d’animation pédagogique, du préscolaire au moyen-secondaire, ainsi que des progressions harmonisées et des évaluations standardisées. Toutefois, l’inspecteur d’académie est conscient que la mise en œuvre correcte de ces Phares n’est pas une mince affaire. Parce qu’à l’en croire, cela nécessite un dispositif fonctionnel de pilotage et de coordination, une bonne structuration et une meilleure fonctionnalité des cellules d’animation pédagogique, mais cela nécessite aussi et surtout des moyens. A ce propos, le directeur du Crfpe, Ibra Ndiaye, a promis de mettre à la disposition des cellules pédagogiques le patrimoine pédagogique dudit centre qui est constitué d’une bibliothèque contenant plus de 6 000 volumes, de mallettes scientifiques et de laboratoires.
Par rapport aux résistances que ces nouveaux changements pourraient entraîner chez certains enseignants, l’inspecteur d’académie recommande que les gens fassent preuve d’une grande pédagogie pour convaincre les récalcitrants, afin de les amener à adhérer à ces Phares et à se les approprier.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here