PARTAGER

Rendu plus célèbre par la traditionnelle cérémonie de divination ou «xoy» qu’il abrite chaque année, le Centre expérimental des médecines traditionnelles (Cemetra) de Malango suscite aujourd’hui un intérêt particulier pour certains chercheurs américains. A l’image de ceux qui y ont séjourné le dimanche dernier pour comprendre les démarches scientifiques utilisées par les guérisseurs pour faire face à des maladies comme le Vih/Sida.

Comprendre les démarches scientifiques qui ont permis aux guérisseurs du Centre expérimental des médecines traditionnelles (Cemetra), communément appelé Centre Malango de Fatick, de freiner la propagation du Vih chez des personnes séropositives à défaut de les guérir complètement : C’est là un secret que bon nombre de chercheurs américains tentent de percer aujourd’hui. Et c’est dans ce cadre qu’entre la mission effectuée à Malango le dimanche 16 avril 2017 par des chercheurs américains sous la conduite de Valérie Montgomery Rice et James E.K Hildreth, respectivement présidents des écoles de médecine de Morehouse et de Meharry, considérées comme deux des quatre plus grandes écoles de médecine noire aux Usa. Sous un soleil de plomb, la délégation américaine est allée à la rencontre des douze femmes vivant avec le Vih et internées dans un endroit dénommé Khelcom, à environ 300 m à l’Est du lieu où se tient la traditionnelle cérémonie de divination ou xoy. Après un entretien jugé fructueux avec ces patientes, la chef de délégation s’est confiée à la presse. «Je suis très fière d’avoir rencontré mes sœurs qui vivent ici et avec lesquelles nous avons discuté. Nous avons rencontré le Dr Eric Gbodossou il y a de cela à peu près quinze années et depuis lors nous avons travaillé avec lui et nous avons essayé d’examiner les ingrédients contenus dans les médecines traditionnelles qu’ils utilisent pour soigner ces maladies. Moi je m’intéresse particulièrement aux aspects qui concernent les femmes et le Dr Hildreth, lui, fait de la recherche depuis plus de trente ans sur le Vih/Sida», a renseigné Mme Rice. Laquelle est restée dubitative lorsque ces patientes ont clamé haut et fort qu’elles sont maintenant guéries du Sida. «Guéries ! Je crois que c’est un mot trop fort. Ce que je vois, c’est des femmes qui sont rayonnantes, épanouies et saines. Elles ont contracté la maladie. Un test avait été fait pour établir qu’elles ont effectivement la maladie. Et après, un traitement de quatre à six mois, certaines ont été soignées depuis plus de quinze ans. Elles ont dû rebondir et jusqu’à présent, elles ne montrent aucun signe de la maladie, donc c’est quelque chose d’important», a-t-elle soutenu avec prudence. Avant d’ajouter : «Je suis à la fois intriguée et excitée à l’idée d’aller continuer mes recherches pour pouvoir dire les ingrédients qui sont dans les plantes qui ont été utilisées», a-t-elle fait savoir.
Par ailleurs, Mme Rice a annoncé qu’un protocole d’accord sera signé entre la Fondation Andrew Young, l’école de médecine de Morehouse et Prometra (Promotion de la médecine traditionnelle) international pour jeter une passerelle entre la médecine moderne et celle traditionnelle afin de comprendre et expliquer les démarches scientifiques utilisées par la médecine traditionnelle et qui ont permis d’avoir ces résultats qu’on a aujourd’hui.
Pour sa part, le président de Prometra international, Dr Eric Gbodossou, a déploré le fait que ce soit des chercheurs venus de la lointaine Amérique qui s’intéressent à ce qui se fait à Malango et non les chercheurs africains et sénégalais en particulier. Aussi, le fondateur du centre Malango en 1989 a-t-il invité les universitaires africains à plus d’humilité en acceptant d’y aller pour apprendre des guérisseurs du Sine.
Il faut rappeler qu’en l’espace de moins de six mois, c’est la deuxième mission de chercheurs américains à séjourner à Malango après celle dirigée par Cathy Withe, directrice exécutive de la Fondation Andrew Young, le 27 novembre 2016.                                                                                                     
dndong@lequotidien.sn

3 Commentaires

  1. Salut, je suis Gloria Mark des Etats-Unis., Je n’ai jamais imaginé que remède à base de plantes pourrait traiter la dépression jusqu’à ce que je lis et rencontre un herboriste africain en ligne nommé Dr. White. J’ai lu beaucoup de gens qui l’ont félicité d’être capable de guérir le VIH, l’herpès et d’autres maladies mortelles, y compris le cancer. Je lui ai écrit parce que mon bien-aimé souffrait de ce que les médecins appelaient une dépression aiguë et sévère. Après l’avoir emmenée chez plusieurs psychiatres, elle a eu plusieurs sections de psychothérapie et plusieurs médicaments administrés, y compris des antidépresseurs, mais elle ne s’est jamais rétablie. Avec peu de conviction mais de détermination à mettre fin à ses souffrances, j’ai écrit au Dr White, mais une prise hebdomadaire du remède à base de plantes du Dr. White a fait la magie et aujourd’hui il est parfaitement rétabli, si vous avez ou connaît quelqu’un avec DÉPRESSION ou VIH, contactez ce grand guérisseur sur drwhitethehivhealer AT gmail com ou watsapp +234 (0) 9091844595. Je témoigne que vous ne regretterez pas de l’avoir fait, parce que je suis responsable de dire cela au monde.

    • Olivia Bobby est mon nom. Ce n’est pas un témoignage, mais une marque de gratitude envers le docteur White qui m’a donné une seconde chance et qui a été négligent un peu. En 2013, quelques jours après mon engagement, j’ai été testé positif au VIH I & II, ce qui m’a presque fait tomber dans les nuages. Pendant 4 ans de ma vie, je me suis soumis à des médicaments antirétroviraux, à des visites de temples et de pasteurs sans solution, mais une nuit sur un blog sur la santé a changé ma vie après avoir appris qu’un guérisseur / herboriste africain appelé WHITE avait guéri des patients atteints du virus de l’herpès et du cancer. Le docteur White que j’ai contacté par e-mail: drwhitethivhealer at gmail . com et Watsapp: + 2349-0918-44595 et a versé le montant nécessaire à la préparation du traitement qui m’a été promis de nettoyer mon corps à l’aide d’herbes. Il l’a fait en préparant le traitement et envoyé par courrier service à mon domicile avec des instructions claires sur l’utilisation. Pour mettre un terme à la longue histoire en seulement 21 jours d’utilisation de ses médicaments à base de plantes bénis par le ciel, je suis allé au laboratoire et voici que j’ai été testé négatif pour le VIH / SIDA. Soyez informé, pas de maladie sans traitement, vous n’avez peut-être pas pris les bons médicaments. J’ai attendu pour tester plusieurs fois avant d’écrire ceci et je suis maintenant sûr à 100% que j’ai guéri et c’est mon engagement et le devoir de le dire au monde.

      Ecrivez-moi sur Twitter @ OliviaBabe9

  2. Comme vous, j’ai lu des articles sur Doctor White sur Internet. Comme vous, j’avais des doutes et j’étais sceptique, mais contrairement à beaucoup d’autres, j’ai décidé de confier mon destin à mes propres intérêts en allant plus loin en contactant et en suivant ses instructions. Ce n’est pas un témoignage, mais bien les paroles d’une personne qui a ressenti la peine d’être infectée et affectée par le VIH / sida et qui est guérie en utilisant des herbes naturelles après avoir souffert et abandonnée pendant 4 ans. Je prenais mes médicaments antirétroviraux en même temps que je priais pour le paradis en espérant que je serais guéri par tout moyen que Dieu aurait répondu en utilisant des médicaments à base de plantes du docteur White après avoir lu ses merveilleuses herbes sur YouTube sur des vidéos postées par une survivante. Après l’avoir écrit sur Watsapp via / 234 (0) 9091844595 et email/drwhitethehivhealer at gmail . com, j’ai été rassuré par le niveau de certitude qu’il avait en demandant de revenir pour faire un test de confirmation après avoir utilisé ses médicaments. J’ai utilisé ces médicaments pendant les semaines prescrites et le résultat est vraiment négatif. J’étais choqué et n’arrivais pas à y croire. J’ai immédiatement appelé le docteur White qui m’a dit de me réjouir, de transmettre la bonne nouvelle à ma famille et de partager mon témoignage avec d’autres et c’est tout. pourquoi je fais ça Mes amis, je suis témoin aujourd’hui que si vous contactez le docteur White pour des infections à VIRAL telles que l’herpès, le VPH, le VIH et l’hépatite B ou C, entre autres, vous ne le regretterez pas.
    Je m’appelle Adalicia Kamille de Belgique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here