PARTAGER

Avec la réalisation hier de sa première opération cœlioscopique, la réception en même temps d’un scanner longtemps promis par la tutelle ainsi que la finition des travaux du centre d’hémodialyse, l’Hôpital régional de Fatick verra sous peu de temps son plateau technique sensiblement relevé. Il restera maintenant à y affecter des spécialistes comme ne cessent de le réclamer les syndicalistes de la maison.

Le plateau technique de l’Hôpital régional de Fatick (Horef) est en train de se renforcer avec notamment la réalisation hier de la première opération coelioscopique dans cet établissement sanitaire ouvert en 2013. Selon Dr Alioune Faye, directeur de l’Horef, le lancement de ces activités de cœlioscopie s’est fait en marge des journées de chirurgie décentralisée qu’abrite l’hôpital depuis avant-hier, dans le cadre du congrès ouest-africain de chirurgie qui se tient à Dakar. «La cœlioscopie est une technique opératoire qui permet d’opérer un malade sans avoir besoin d’ouvrir», a renseigné Dr Faye. Qui souligne que «cette technique a beaucoup d’avantages du point de vue de la durée de séjour du malade, de la cicatrisation, du confort du malade, entre autres». Par rapport au coût de cette technique opératoire, Dr Faye a promis de tenir compte des spécificités de la localité connue pour un faible pouvoir d’achat des populations.
De son côté, le directeur des Infrastructures, des équipements et de la maintenance du ministère de la Santé et de l’action sociale a indiqué que la mise à la disposition du centre hospitalier régional de Fatick d’une cœlioscopie entre dans le cadre de la continuité de tous les efforts que l’Etat est en train de faire au niveau de l’Horef depuis son ouverture.«Cet équipement qui n’existe encore qu’à Fatick et Ziguinchor a coûté une enveloppe de 300 millions de F Cfa pour les deux hôpitaux», a fait savoir Amath Diouf.
En plus de cette cœlioscopie, l’Horef va enfin bénéficier d’un scanner. Cet équipement de dernière génération et d’un coût de 250 millions de F Cfa a été réceptionné seulement hier, soit 229 jours après la promesse de Abdoulaye Diouf Sarr, le 31 mai 2018, de faire venir à Fatick un scanner dans les 70 jours qui allaient suivre. Ainsi, les Fatickois verront une de leurs plus vieilles doléances se matérialiser. Dans le même ordre d’idées, Amath Diouf s’est réjoui de l’état d’avancement des travaux du centre d’hémodialyse de l’Horef qui sont de l’ordre de 90%. «Nous comptons terminer toutes les installations d’ici le week-end et permettre ainsi à Fatick de disposer d’un centre d’hémodialyse fonctionnel à l’instar des autres localités du pays», assure-t-il. Avant de réitérer la volonté du ministère de la Santé et de l’action sociale de renforcer le plateau technique de tous les hôpitaux situés sur ce qu’il est convenu d’appeler la dorsale «accidentogène» allant de Dakar à Ziguinchor en passant par Fatick, avec un budget qui s’élève à 12 milliards de F Cfa.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here