PARTAGER

Le candidat de Fatick, Ibra Diogop Ndiaye a été battu la semaine dernière par son challenger Khadim Diop de Thiès à l’occasion de l’élection du président du Conseil national de la jeunesse du Sénégal (Cnjs).  Une défaite qui, selon le président du Conseil régional de la jeunesse de Fatick, Cheikh Day Faye, est liée au fait que leur candidat a été combattu par certaines autorités de Fatick, notamment le ministre des Sports, Matar Bâ.

La défaite de l’ancien président du Conseil régional de la jeunesse (Crj) de Fatick, Ibra Diogop Ndiaye à l’élection du président du Conseil national de la jeunesse (Cnjs) est restée en travers de la gorge de son successeur, Cheikh Day Faye. Ce dernier en veut vraiment à certaines autorités de Fatick qu’il accuse ouvertement de les avoir combattus.  Face à la presse hier, M. Faye n’a pas pris de gants pour laisser éclater sa colère : « A Fatick, nous avions un candidat en l’occurrence Ibra Diogop Ndiaye de Foundiougne qui fut président du Conseil régional de la jeunesse (Crj) de Fatick pendant huit ans. Sa candidature a été soutenue par 11 présidents de Crj sur 14, des conseillers départementaux et beaucoup de présidents de Conseil communal de la jeunesse (Ccj) qui s’étaient retrouvés autour d’un cadre dénommé Jeunesse active pour l’intégrité morale (Jaim.). N’empêche qu’il a perdu face à Khadim Diop de Thiès parce que non seulement nous étions laissés à nous-mêmes pendant toute notre campagne,  mais surtout parce qu’il (Ibra Diogop Ndiaye) a été combattu par des autorités de Fatick » a–t-il expliqué avec amertume. Avant d’ajouter : «Au moment où les autorités de Linguère,  de Mbacké, de Thiès, de Dakar se sont liguées pour soutenir la candidature de Khadim Diop de Thiès, certaines autorités de Fatick nous ont laissés à nous- mêmes», dénonce Cheikh Faye. Lequel de s’en prendre au président du Conseil départemental de la jeunesse (Cdj) de Fatick et non moins chargé de missions du ministre des Sports, Matar Bâ : «L’effet majeur qu’on peut noter, c’est qu’à Fatick, Massène Papa Guèye, chargé de missions du ministre des Sports, Matar Bâ en complicité avec le directeur du Cdeps, Karim Diouf, ont établi un faux procès- verbal attestant qu’une réunion a été tenue pour choisir celui qui devait le (Massène Papa Guèye) remplacer du fait qu’il est atteint par la limite d’âge», a soutenu Cheikh Faye qui n’a pas épargné le ministre des Sports, Matar Bâ : «Si le ministre Matar Bâ a laissé faire son chargé de missions, cela veut dire qu’il est dans ça.», accuse-t-il. Toujours mettant à l’index le patron du sport sénégalais, il poursuit : «On se rappelle des engagements qu’il avait pris à l’endroit du cadre Jaim dans son bureau. Mais rien de ce qu’il avait promis n’a été respecté. Le ministre, Matar Bâ était le mieux placé compte tenu de ce qu’il savait du processus. Compte tenu aussi de son expérience en tant qu’ancien président de l’Oncav, il connait les enjeux du Conseil national de la jeunesse. Mais pour des calculs politiques, il a combattu notre candidat, Ibra Diogop Ndiaye. D’ailleurs, lors de sa finale, il a invité notre adversaire qu’il a reçu avec sa délégation chez lui et nous, nous avons été zappés alors que nous sommes de Fatick après tout», fulmine le président du Crj de Fatick.

Dénégations
Le ministre des Sports que Le Quotidien a joint par téléphone n’a pas souhaité se prononcer sur cette affaire de jeunes. Et sans se faire prier, c’est son chargé de missions, Massène Papa Guèye qui est monté au créneau pour apporter la réplique. «Je rejette en bloc l’ensemble de ces accusations pour la bonne et simple raison que le ministre des Sports n’a rien à voir avec l’élection du président du Conseil national de la jeunesse parce qu’il n’est pas jeune. Il est au-dessus de la mêlée», a recadré d’emblée Massène Papa Guèye qui décoche : «Si Cheikh Day Faye a été élu président du Crj de Fatick, c’est bien grâce à moi qui étais son directeur de campagne. Par rapport au faux dont il parle, je pense que c’est plutôt lui qui a fait du faux parce qu’il a convoqué une réunion du comité exécutif départemental alors qu’il n’en avait pas le droit. Sur ce, il a déposé un faux procès-verbal désignant M. Ardo Ballé Ndiaye comme étant le délégué national qui doit me remplacer au niveau du Cnj. Si je suis atteint par la limite d’âge, c’est à moi, président du Cdj, de convoquer le comité exécutif départemental afin qu’on puisse choisir celui qui doit me remplacer au niveau de cette structure. C’est ce que j’ai fait et le choix a été porté sur Lamine Diouf», a précisé M. Guèye. Portant toujours la robe pour son patron il poursuit : «Ces gens ne sont pas sérieux. Le ministre les a reçus lors de cette campagne et les a soutenus parce qu’il les considérait comme des fils de Fatick alors que moi qui étais dans une autre coalition, il ne nous a pas reçus. Ce qui était important, c’était de battre campagne au niveau des délégués nationaux, parce que c’est une élection nationale. La coalition de Khadim Diop dont je faisais partie a fait le tour du Sénégal et a rallié la majorité des délégués à notre cause ce qui fait qu’on a eu 52 voix contre 32 pour leur candidat. S’ils ont perdu cette élection, c’est parce qu’au moment où nous faisions le tour du Sénégal pour convaincre les délégués nationaux de voter pour nous, eux, ils battaient campagne au niveau des ministères et des directions pour faire du racket», s’est défendu Massène Papa Guèye. Qui par ailleurs, a mis en garde ses contempteurs contre la publication sur internet de documents confidentiels du Cnj.
dndong@lequotidien.sn