PARTAGER

Un colis suspect découvert à Dakar Plateau a semé la panique hier au centre-ville. La police, qui a finalement détruit la valise, a interpellé un individu qui serait le propriétaire.

La quiétude des populations de Dakar a été secouée dans la journée d’hier par la découverte d’un colis suspect. Un fait peu habituel qui a mis sens dessus sens dessous la tranquillité du Boulevard Djily Mbaye X Ngalandou Diouf. Abandonné le long de la rue, le colis suspect a provoqué l’angoisse des uns et des autres qui ont mis au parfum les forces de sécurité. Informés par les éléments du Commissariat central, les agents de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) ont illico quadrillé le secteur afin de procéder à l’identification du colis. «Ils ont d’abord délimité le périmètre de sécurité qui a été élargi pour des raisons de sécurité, jusqu’à un rayon de cent cinquante mètres, avant de déployer un robot de reconnaissance», a renseigné le Bureau des relations publiques de la police dans un communiqué.
Selon les flics, «il s’agissait d’une valise de couleur bleu-ciel verrouillée. Sa position et son volume n’étant pas propices à une quelconque manipulation, il a été procédé à une mise en rubis nette à distance avec une charge explosive». Une fois la destruction effective, renseigne la police, «il ne restait que les débris de la valise, des journaux, des magazines, des livres et des habits». Après sa destruction, un individu s’est présenté comme étant son propriétaire et arguant, selon la police, «qu’il l’aurait laissée au niveau du Centre culturel français sans aucune autre précision». «Il a été interpellé et transféré au commissariat du Plateau pour la suite de l’enquête», informent les policiers.
Une équipe de sapeurs-pompiers déployée pour la circonstance «a pris le relais pour effectuer des tests pour écarter tout risque de contamination».
Ilot de stabilité dans un océan d’instabilité, le Sénégal retient son souffle durant ces situations quasi-inconnues sur son sol. La crise au Mali, la présence d’Aqmi dans la sous-région ouest africaine et les attentats perpétrés par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et Boko haram rappellent que la menace terroriste est omniprésente.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here