PARTAGER

Les travailleurs sociaux spécialisés ont tenu une conférence de presse hier dans les locaux de l’Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés (Entss) pour dénoncer une injustice commise par les ministres des Finances et de la Fonction publique, qui ont opéré une baisse de 100 à 200 mille F Cfa sur leurs salaires.

Tout près de l’Université de Dakar, juste en face du Couloir de la mort, se trouve l’Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés (Entss). Cette école de formation rencontre de nombreuses difficultés comme leur traitement salarial. Durant une conférence de presse hier, Rokhatou Talla Ba, présidente de l’Association des conseillers en travail social (Acts), explique les problèmes auxquels ils sont confrontés : «Il faut reconnaitre que le chef de l’Etat a fait des efforts avec l’avènement d’un cadre juridique favorable au social avec la signature du décret 1322 qu’on attendait depuis plus de 10ans. Mais ce qui est grave, c’est dans le cas de la rémunération des travailleurs spécialisés, sa volonté a été dévoyée par une erreur des ministères des Finances et de la Fonction publique.» Elle poursuit : «On n’a jamais vu des étudiants et professionnels faire un concours avancé du point de vue administratif et perdre 100 à 200 mille francs de salaire et cette situation concerne tous les corps du cadre des Ts (Travailleurs sociaux), qui sont dévalorisés depuis leur intégration dans le cadre des fonctionnaires du travail social (décret 2012-1322 du 16 novembre 2012).» Les Ts trouvent incompréhensibles que des agents de conception formés soient moins rémunérés que des agents d’exécution. Car l’Administration, selon elle, a oublié de compléter le texte, alors que le décret est déjà signé et il ne reste que leur intégration. Pour plus montrer que la signature de ce décret les tient à cœur, les Ts affirment qu’ils étaient obligés d’initier des projets de décrets pour l’Administration car parmi eux il y a des agents qui travaillent dans plusieurs structures.
Aujourd’hui, l’Acts ne compte que sur le soutien du chef de l’Etat et du ministre de la Santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. «Mais ses actions ne sont pas encore concluantes face à de nombreuses résistances», regrette Mme Ba. En dehors de la réclamation de l’intégration du décret, les Ts dénoncent aussi leur faible recrutement dans la Fonction publique. «Malgré les recours légaux, cette situation d’oubli de signature dure depuis 15 ans et les Ts n’en peuvent plus, alors un plan d’actions sera déroulé s’il n’y a pas de satisfaction», avertit Mme Ba.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here