PARTAGER

Lionel Messi a décidé de rester à Barcelone. Mais il se retrouve désormais plus isolé que jamais au sein du vestiaire barcelonais.

«Maintenant je vais continuer au club parce que le président m’a dit que le seul moyen de partir était de payer la clause des 700 millions, que c’est impossible, et puis il y avait un autre moyen, c’était de partir en justice. Je n’irai jamais en procès contre le Barça, car c’est le club que j’aime, qui m’a tout donné depuis mon arrivée ici. C’est le club de ma vie, j’ai fait ma vie ici. Je vais rester au Barça. (…) Je vais faire de mon mieux. Je veux toujours gagner, je suis compétitif et je n’aime pas perdre. Je veux toujours ce qu’il y a de meilleur pour le club, pour le vestiaire et pour moi. (…) Je ne sais pas ce qui va se passer maintenant. Il y a un nouvel entraîneur et un nouveau projet. C’est bien, mais il faut voir comment l’équipe réagit et si oui ou non ça va nous offrir plus de qualités. Ce que je peux dire, c’est que je reste et que je vais donner le meilleur de moi-même.» C’est avec ce communiqué que l’Argentin a mis fin au début de feuilleton qu’il avait lui-même engagé en annonçant à ses dirigeants qu’il souhaitait quitter son club de toujours.
Mais nécessairement, il va y avoir des conséquences. Depuis un long moment, on évoque une influence de Lionel Messi sur les décisions du Barça, mais dans son édition du jour, El Pais explique que le joueur n’a pas toujours été très entouré. On sait que Luis Suarez, Neymar et lui avaient un groupe WhatsApp, mais le Brési­lien est parti. Le natif de Rosario s’est donc rapproché de Arturo Vidal et de Jordi Alba. Gerard Piqué, doué dans les relations, n’a jamais vraiment perdu de vue le sextuple Ballon d’or, sans être vraiment un de ses très grands proches.

Vidal et Suarez vont laisser Messi
«Il y a un détail qui n’est pas mineur. Dans tout ce conflit, il n’y a eu aucune approbation publique d’aucun de ses collègues», avance un proche des Blaugranas dans le média espagnol. Ivan Rakitic, lui aussi poussé dehors par Koeman, est retourné à Séville et a offert une phrase lourde de sens : «Je ne peux pas dire que nous étions les meilleurs amis, mais il m’a toujours bien traité. Je ne sais pas si Vidal a joué plus parce qu’il était un ami de Messi.»
Les conflits ont commencé quand certains éléments ont vu que Lionel Messi jouissait de trop de privilèges. Josep Maria Bartomeu, le président, s’est senti soutenu quand il a tenu une réunion avec certains joueurs (Sergi Roberto, Sergio Busquets, Gerard Piqué) et surtout sans Messi. Avec le départ de Vidal et de Suarez, l’Argentin se retrouve plus isolé que jamais dans le vestiaire. «Sans allié en dehors du terrain, Messi observera comment le nouveau Barça évolue», analyse El Pais. Une page est en train de se tourner à Barcelone, en espérant que cette saison ne soit pas celle de trop…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here