PARTAGER

Lundi dernier, le président de la Fécafoot a tenu une conférence de presse, sa première depuis sa prise de fonction. Une occasion pour lui d’éclairer la lanterne des Camerounais sur les termes du contrat avec le nouvel équipementier des Lions Indomptables, la marque française Le Coq Sportif.

Passer de la grande marque Puma au Coq Sportif est considéré comme un rétropédalage agressif. Et pourtant, bien d’autres marques auraient pu être intéressées par le challenge commercial.
Sans vouloir rentrer dans les détails du contrat, le président de la Fecafoot, Mbombo Njoya, a expliqué les raisons du choix de cette marque qui est en chute libre depuis plus d’une décennie : «Bien qu’il y avait une possibilité de renouveler avant l’échéance, ce que vous devez savoir est que Puma avait revu de manière considérable à la baisse son offre malgré les efforts du Comité de normalisation et du nouvel exécutif pour poursuivre l’aventure avec lui. En février dernier, nous sommes arrivés à un point de non-retour (…) Mais je ne pouvais pas vendre à vil prix, les Lions Indomptables. Je n’ai pas accepté l’offre qu’ils ont proposée. Mon prédécesseur (Me Happi Dieudonné) avait fait la même chose, en refusant leur offre. Ils ont divisé ce qu’ils nous offraient par trois. Je leur ai fait une dernière offre qu’ils ont refusée. Ils m’ont adressé une gentille lettre pour nous souhaiter bon vent. J’ai pris acte en disant, ce sont des affaires où chacun trouve son intérêt. Mais, je ne peux pas brader l’image de l’Equipe nationale du Cameroun», a expliqué Seidou Mbombo Njoya, avant d’indiquer que la plupart des grands équipementiers orientent plus leurs activités vers les clubs et non plus vers les sélections.
«Dans le marché aujourd’hui, les offres ont considérablement baissé. Nous avions une offre exceptionnelle il y a huit ans. Le président de Puma, dit-on, était très amoureux de l’Afrique et avait fait un cadeau au Cameroun. Après l’Italie, le Cameroun avait le meilleur contrat au monde avec Puma», a-t-on appris.

Le Coq Sportif va verser 1,9 milliard Cfa par an
Depuis l’annonce de l’accord contractuel entre l’équipementier français Le Coq Sportif et la Fecafoot, les officiels de l’instance faitière du football camerounais font preuve d’une frilosité surprenante dans la diffusion des informations relatives aux clauses financières du contrat qui lie désormais ces deux institutions. Du coup, aucun détail ne filtre sur le timing, la durée et encore moins les clauses financières inhérentes à cette collaboration. Même après la conférence de presse organisée au siège de la Fecafoot ce mardi 23 avril 2019, on n’en sait toujours pas grand-chose !
Malgré l’insistance des journalistes, très peu d’informations leur seront révélées. Au sujet du contrat, Le président de la Fécafoot va se contenter de révéler de manière subtile que «Puma avait divisé par trois ce qu’elle nous offrait auparavant». Avant de poursuivre en arguant que «Le Coq Sportif nous a fait une proposition nettement supérieure à celle que Puma nous a faite récemment pour le renouvellement» soit la somme de 1 milliard 900 millions Cfa, précisent nos confrères du trihebdomadaire Essingan.
Avec Camfoot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here