PARTAGER

Jamais la Fédération sénégalaise de football n’a été autant pourvue en biens immobiliers. Détails…

«Nous avons un patrimoine immobilier estimé à 15 milliards Cfa.» Cette révélation du président de la Fédération sénégalaise de football, il y a quelques semaines, avait dû faire bondir certains de leur fauteuil. Surtout quand on regarde dans le rétroviseur de l’instance fédérale qui, il y a quelques années, était loin d’un tel patrimoine immobilier. Mais depuis son arrivée à la tête du football sénégalais en 2009, Me Augustin Senghor a plongé «sa main dans le ciment». D’abord en s’attaquant au Centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialaw, en le rendant opérationnel et en le transformant en une vitrine du football national. Devenant ainsi le cœur du dispositif pour développer le football sénégalais, la capitale de toutes les équipes nationales.
Niché dans un endroit retranché par rapport à la vie trépidante de la capitale, avec la mer à côté et un cadre magnifique, le Centre technique va booster les réalisations immobilières de la Fédé foot. Ouvrant de vastes chantiers comme l’Hôtel fédéral, les locaux de la nouvelle intendance de Yenne, le terrain synthétique du stade Maniang Soumaré de Thiès, le terrain de Futsal à Toubab Dialaw, le Centre technique de Guéréo. Concernant ce Centre réalisé par la Confédération africaine de football (Caf), il est désormais entre les mains de la Fédération sénégalaise de football depuis juillet 2018. Situé dans la région de Thiès, à 14 km de Popenguine, il dispose d’un complexe d’habitat d’une vingtaine de chambres, d’une pelouse en gazon naturel et des salles de cours, de musculation et de massage, d’un terrain de football et de basketball. Les travaux étant terminés depuis 2009, le centre n’a jamais été utilisé, ni mis à la disposition du football sénégalais. Ce n’est qu’en juillet 2018, lors d’une visite du président de la Caf au Sénégal, que Ahmad Ahmad a déclaré céder la gestion exclusive de cette infrastructure à la Fédération. D’ailleurs, le président de la Fsf, Me Augustin Senghor, avait déclaré le jour de la «remise des clefs» par Ahmad : «Ce centre va bonifier le football sénégalais, mais il ne sera pas exclusivement sénégalais. Il sera ouvert à tous les pays de la sous-région.»
L’instance fédérale va rénover «ce joyau», qui était en train de «se dégrader», pour en faire «un outil de promotion de la jeunesse et de développement du football».

Un nouveau siège fédéral R+6, un siège pour chaque Ligue régionale
Face aux journalistes de l’Anps, Me Senghor a aussi révélé d’autres chantiers. C’est ainsi, informe-t-il, que toutes les Ligues régionales auront leur siège. «Dans deux mois, les premiers sièges vont sortir de terre et nous allons continuer jusqu’à ce que les 13 Ligues de l’intérieur du pays puissent avoir leur siège. La Ligue de Dakar sera logée dans le nouveau siège de la Fsf.» En clair, la Fsf va déménager pour aller installer au Point E son siège R+6.

Un stade Demba Diop modernisé… à l’anglaise
Pour boucler la boucle, la Fsf a réussi à convaincre les autorités étatiques, concernant la réhabilitation du stade Demba Diop. Fermé depuis 2017, ce stade mythique logé au cœur de Dakar sera modernisé avec le concours de la Fifa. «Le président de la République nous l’a confié et nous avons commencé à travailler avec le ministre des Sports pour sa réhabilitation. Ce sera une réhabilitation et une modernisation. Nous voudrions garder la structure actuelle du stade, car c’est un patrimoine sportif qui a une histoire. Nous allons le moderniser en le rendant plus fonctionnel. Nous voulons en faire un petit modèle sénégalais, à l’image des stades anglais avec tous les sièges qui seront assis», a promis le patron du foot sénégalais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here