PARTAGER
Hugues Dias, directeur de la Cinématographie.

Le Sénégal compte prendre part activement, du 25 février au 3 mars 2017, à la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) au cours duquel 6 films sénégalais seront en compétition officielle. Hier, au nom du comité de pilotage affecté aux préparatifs de la participation sénégalaise, le directeur de la Cinématographie, Hugues Dias, a annoncé l’accompagnement des réalisateurs par l’Etat, durant cet évènement annuel.

Le Sénégal ne compte pas laisser à eux-mêmes ses réalisateurs, une fois à Ouagadougou le 25 février. En effet, en parlant au nom du comité de pilotage affecté aux préparatifs de la participation sénégalaise à la 25e édition du Fespaco, Hugues Dias, directeur de la Cinématographie, a rassuré les réalisateurs qui vont se rendre à Ouagadougou. Aussi, informe-t-il que toutes les dispositions ont été prises pour bien les «accompagner». «Il y a déjà une première victoire avec ces préparatifs… Mais étant donné que le Sénégal est toujours attendu, le principe est que notre premier objectif est de bien accompagner les premiers cinéastes qui ont été sélectionnés. L’accompagnement de ces cinéastes sélectionnés va se faire de diverses manières. D’abord de rendre visibles ces réalisateurs et ces films qui vont être projetés. On va mettre tous les atouts de notre côté, sur le plan technique», renseigne M. Dias.
Le Sénégal sera représenté dans la compétition officielle du Fespaco 2017 à travers 6 films : Félicité d’Alain Gomis dans la catégorie, fiction long métrage ; Kemtiyu, Seex Anta de Ousmane William Mbaye et Bois d’Ebène de Moussa Touré dans la catégorie documentaire ; La promesse de Fatou Touré en court métrage fiction ; Tundu Wundu d’Ab­doulahad Wone dans la catégorie série Tv et A travers les barrières de Ndiaga Fall au niveau de la catégorie des films d’écoles de cinéma. A côté de ces 6 films sénégalais attendus dans la compétition officielle, 3 autres seront projetés en hors compétition. C’est le cas de Keneen, l’Autre, du réalisateur Cheikh Diallo (dans la catégorie Panaroma long métrage fiction) Sembène de Samba Gadjigo et Destin commun, hommage à 3 éclaireurs du 7e art de Stéphane Vieyra. Ces deux derniers films seront projetés dans le cadre de l’hommage qui sera rendu dans le cadre de la 25e édition du Fespaco, à deux pionniers du cinéma sénégalais et africain à savoir Ousmane Sembène et Paulin Soumanou Vieyra. «Cette année, on va commémorer pendant toute l’année la 30e année de sa disparition. Et le clap de départ va être donné au Burkina Faso à l’occasion de cette édition. Il y aura un tas de manifestations qui vont porter sur l’homme. Comme autre hommage, nous avons Ousmane Sembène aussi. C’est sa dixième année de décès et le film de Samba Gadjigo va être projeté», a annoncé Hugues Dias, directeur de la Cinématographie.
Sur le plan de la communication, le directeur de la Ciné­matographie s’est également réjoui de tout ce «bouillonnement» au niveau de la presse et des critiques et qui fait que le Sénégal est déjà au «diapason» de ce qui se fait et de ce qui se fera au Fespaco.
Informant par la même occasion qu’une dizaine de journalistes effectueront le déplacement à Ouagadougou. Cette panoplie de mesures prises augure déjà d’un bon déroulement du Fespaco 2017 et, avec la qualité des productions, «il y a de quoi espérer», soutient M. Dias.
Au total, 105 films d’une vingtaine de pays d’Afrique et de la diaspora africaine seront en compétition dans les différentes sections : documentaire, long métrage, court-métrage, série télévisuelle et films d’écoles de formation, la direction de la Cinématographie exhorte alors les jeunes réalisateurs à rester «zen». «Le triomphe de Alain Gomis ne veut pas dire que nous allons d’emblée tout rafler. Non, c’est un ensemble de défis de bonne participation… Le premier but du Fespaco, c’est de partager nos imaginaires», a-t-il rappelé. Avant d’indiquer que le Sénégal organisera, à côté de la compétition, des expositions et rencontres d’échanges professionnelles, la dédicace du livre de Maguette Diop et beaucoup d’autres activités autours du cinéma sénégalais…

aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here