PARTAGER

«Travailler pour la pérennisation des festivals», c’est ce que veulent les organisateurs du Festival Africa fête qui se tient depuis hier, et dont la clôture se fera le 21 décembre prochain. En conférence au Centre culturel Blaise Senghor, ils ont fait cas d’un déficit budgétaire, causé par l’abandon de certains collaborateurs et/ou sponsors. Ce qui fait que le festival se fera dans deux régions seulement, contrairement aux années précédentes.

« Nous nous sommes rendu compte que d’année en année, nous sommes exposés à plusieurs disparitions des collaborateurs de festivals, et du coup ça nous interpelle. Depuis quel­ques années au Sénégal, la crise touche le monde de la culture. C’est pourquoi nous avons dit cette année, nous essayerons de réfléchir, poser cette problématique, pour trouver des solutions pour la pérennisation des festivals », a expliqué hier en point de presse, Rokhaya Daba Sarr du festival Africa fête. Elle levait ainsi un coin du voile sur le choix du thème de l’édition 2016 : «la pérennisation de festivals, un impératif de développe­ment». Depuis des années en effet, le festival Africa fête se faisait dans plusieurs régions du Sénégal. Mais cette fois ci, la remarque a été qu‘il y  aura que Saint Louis et Dakar qui vont bénéficier des activités au programme.
Interpellée sur la question, la directrice du festival, a fait savoir qu’ils sont exposés à un problème budgétaire, ce qui fait que, ce qu’ils faisaient tous les ans, ils ne peuvent plus le faire. «Toutes les années passées, nous avons eu l’accompagnement de tous les partenaires, qui ont soutenu la faisabilité de la circulation du festival et également cette itinérance dans d’autres pays d’Afrique. Nous avons eu un grand appui de l’Union européenne qui a terminé en 2015, mais qui on espère va se renouveler dès 2017. Si on a la chance d’être bénéficiaire de ce programme, ça nous aidera à continuer à visiter plus de régions », a expliqué Mme Sarr. Malheu­reu­sement, regrette-t-elle, «c’est juste une question de budget qui nous freine et qui nous empêche d’offrir Africa fête aux autres régions». Elle fait également savoir qu’il y a beaucoup de régions qui les sollicitent.
Habib Koité, artiste, musicien et guest star de l’édition 2016, a pris part à la cérémonie de lancement. Il s’est réjoui du fait que le festival lui a permis de revenir sur sa terre natale. «Je suis honoré d’être encore une fois à Dakar, le festival me permettra de jouer de la musique ce que j’adore d’ailleurs. J’ai joué la musi­que devant différents pu­blics, mais j’ai toujours ce plaisir impérissable de faire de la musique pour les autres et Africa fête m’a permis de le faire à Dakar et à Saint Louis. Cela permettra à ceux qui ne m’ont jamais vu de me voir et moi également j’aurai l’occasion peut être de voir un nouveau public», a dit tout joyeux, la vedette du festival.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here