PARTAGER

C’est une centaine de professionnels venant de 24 pays avec 50 films qui seront à Saint-Louis du 5 au 10 décembre prochain, lors de la 3ème édition du Festival du film documentaire (Ffd). Ce festival abritera des rencontres de coproduction, des ateliers, des projections-débats, des formations… A en croire ses organisateurs, 50 films documentaires seront visionnés en présence des cinéastes et producteurs, en plein air dans les quartiers et des endroits bien choisis à Saint-Louis. «Place Faidherbe, Institut Français, Université Gaston Berger, Le Château, Crds, Collèges, lycées et écoles à Pikine, Sor, Guet Ndar, Bango…», a énumèré Souleymane Kébé coordonnateur des projections. Pour lui l’idée est de faire «un maillage complet de la ville de Saint-Louis et d’amener le documentaire vers le public».
Parmi les 50 films documentaires qui seront présentés, une sélection officielle de 24 fera l’objet d’une compétition toutes catégories confondues (longs, courts et moyens métrages). «Avec 8 films en compétition dans chaque catégorie», a précisé le coorganisateur du festival Sebastien Tendeng. Citant parmi les grandes attractions de ce festival «l’Arbre sans fruit» de la nigérienne Aicha Macky  (catégorie moyen-métrage).
L’autre attraction de ce festival sera sans doute la projection de la dernière réalisation d’Ousmane William Mbaye : Kemtiyu. «Ce film sera projeté le 10 lors de la clôture du festival à la place Faidherbe», rajoute Dominique Olier, le coordonnateur du festival. Il explique en outre que le Ffd sera l’occasion de faire une rétrospective sur les œuvres de ce cinéaste sénégalais et de découvrir le film Si loin du Vietnam de la réalisatrice Laurence Gavron.
Au-delà de ce programme qui revisite des «caciques» du cinéma sénégalais, le festival fera, dans son volet intitulé «Saint-Louis en court», une part belle aux jeunes réalisateurs. Les étudiants du master en  réalisation et production documentaire de l’Ugb, pourront y montrer les films qu’ils ont réalisés. Alors que 21 autres jeunes réalisateurs africains pourront avoir une chance de matérialiser leurs projets avec les rencontres de coproduction Tënk.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here