PARTAGER

Ici même (Im), une structure basée à Guédiawaye, lance la première édition de «Sen Jam fest», un festival reggae, demain au stade Amadou Barry et le 28 prochain à Ziguinchor. Une initiative qui promeut le mouvement reggae sénégalais.

Premier festival reggae initié au Sénégal, Sen jam fest est un lien étroit entre une Nation de la terre mère et l’île qui a vu naître la musique de Bob Marley. La structure de production événementielle, Im (Ici même), lance en effet cette première édition du Sénégal Jamaïque festival (Sen Jam fest) demain au stade Amadou Barry de Guédiawaye. L’artiste international Jamaïcain Anthony B est la tête d’affiche de cette première édition, entre autres artistes sénégalais et étrangers. Notamment Rebelle (Jamaïca), Sun Souley, Doctor Lass, Jupiter, Dread Maxim, Timshel Band, Sangue Bi, Chaka Babs (Sénégal), Tiwony (France), Thomas Jlb riddim (Belgique). Ce plateau est le dénouement d’un stage de danse et d’une présélection de compétition hip-hop dont les dix meilleurs talents feront les premières parties du spectacle de la banlieue et la suite des festivités le 28 décembre dans la région de Ziguinchor.
Dans cette région, Sen Jam sera hébergé par la structure Casa culture basée dans cette partie sud du pays. «Cette initiative vise à faire la promotion des artistes qui font la musique reggae au Sénégal et peinent à jouer sur des scènes dignes de ce nom», développe Kalif, le promoteur. Cette première édition du festival reggae est accompagnée par le mouvement hip-hop, deux styles de musiques issus de la même matrice. Les premiers B Boys sont en effet de purs produits du mouvement reggae, notamment les premiers Dj d’origine jamaïcaine, Cool Herc, Cool Moe Dee, Afrika Bambaataa, entre autres initiateurs des premiers blocks parties dans le Bronx à New York. Au Sénégal, les deux mouvements cheminent ensemble. Une réalité que l’initiateur du festival, Kalif, explique par le fait que la quasi-totalité des acteurs du mouvement reggae sont issus des cultures urbaines, donc du hip-hop et ses constituants.
L’artiste rappeur et ancien animateur de l’émission reggae «Naty dread» retrace le lien entre les deux mouvements au Sénégal. «Certains rappeurs ont même démarré leur carrière par le reggae dont Daddy Bibson. D’autres ont fait le sens contraire dans leur cheminement artistique». Par ailleurs, une foire d’exposition-vente de produits artisanaux constituera le pan économique du festival. Dans la même veine, un panel sur l’apport de la culture dans le développement d’une Nation est enregistré dans le listing.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here