PARTAGER

Les protagonistes de la crise du football ivoirien ont été reçus ce mardi 20 mars 2018 à Zurich, au siège de la Fifa. Si l’instance dirigeante du football mondial n’a pas encore fait d’adresse, la Fif a, quant à elle, dévoilé quelques conclusions de ce sommet.

Annoncé pour être une table ronde, le sommet fut plutôt une table tournante. Puisque les représentants de la Fif, conduits par Augustin Sidy Diallo, et ceux du G42, chapeautés par Me Roger Ouégnin, ont été reçus séparément. De quoi permettre aux différentes parties d’exposer leurs points de vue avec des documents versés au bureau de la Fifa.
A la suite de cette journée qui a débuté à 9h Gmt, la Fif semble plutôt satisfaite. Sur son site officiel, la faîtière a livré quelques informations concernant la décision de la Fifa. En effet, la Fédération internationale a «recommandé aux uns et aux autres de se conformer aux textes de la Fif et à ses textes en tant que faîtière du football», indique la Direction de communication de la maison de verre à Treichville. Aussi, a-t-il été demandé à Sidy Diallo de mettre tout en œuvre pour «surmonter les difficultés afin de préserver les intérêts du football ivoirien».
Moins officielles, quelques bribes d’informations du côté du G42 indiquent plutôt que la Fif pourrait subir «un audit indépendant après l’examen des pièces déposées». Aussi, la Fifa aurait proposé un partage de postes au Comité directeur aux dissidents. Ce que les membres auraient refusé.
Quoi qu’il en soit, et au regard des différentes informations à notre portée, il est clair que Zurich n’a pas fait avancer les débats autour du bien-être du football ivoirien. Les prochains en diront plus sur la crise que vit le football local depuis l’élimination de la Côte d’Ivoire de la Coupe du monde 2018. Surtout que l’As­semblée générale extraordinaire réclamée par les frondeurs ne semble pas avoir été à l’ordre du jour.
Sport-ivoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here